Vers une nouvelle vague municipaliste

Entretien avec Jonathan Durand Folco professeur à l’École d’innovation sociale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa

Votre essai A nous la ville est consacré à l’émergence d’une nouvelle vague municipaliste. Pouvez-vous nous en dire plus ?

On a vu successivement émerger plusieurs vagues municipalistes : une première, d’inspiration socialiste et communiste, au début du 20eme siècle avec des expériences emblématiques telles que Vienne la rouge, Bologne, ou la banlieue rouge en région parisienne. Une deuxième vague s’est épanouie dans les années 60 et 70. Si la première vague était basée sur la prise en charge des besoins matériels des classes populaires (services sociaux, écoles, santé, …), la seconde vague voit émerger des préoccupations nouvelles, telles que la démocratie participative. Un des exemples les plus marquants de cette seconde vague municipaliste est la ville de Grenoble, avec les groupes d’action municipale d’Hubert Dubedout.

Depuis le “mouvement des places” en Espagne, on assiste à la tentative de réinvestir la politique par le niveau municipal. C’est en Espagne précisément, avec les “mairies du changement”, que cette vague municipaliste s’affirme de la manière la plus éclatante. L’expérience du Rojava constitue également un exemple récent et original d’expérimentation à grande échelle de nouvelles formes de participation politique. Elle est le résultat du virage libertaire du PKK et de son leader, Abdullah Ocalan ; lui-même inspiré par les écrits de Murray Bookchin, théoricien du municipalisme libertaire.

Ces “villes rebelles” commencent à se structurer en réseau, notamment au travers du “sommet international municipaliste” organisé en juin dernier à Barcelone, auquel ont participé des villes d’Espagne (Barcelone, La Corogne,..), d’Italie (Naples) du Kurdistan, des USA (Berkeley, Philadelphie), d’Amérique du Sud (Argentine, Brésil) et de France (Grenoble).

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email