Fascisme et oligarchie

Les élections qui se dérouleront dimanche 28 octobre au Brésil sont d’une importance capitale pour ce pays, pour l’Amérique latine, mais également pour le monde entier. Jair Bolsonaro a recueilli 46,06% des voix au premier tour, signant le retour possible de l’extrême droite au gouvernement dans l’un des plus grands pays du monde, avec ses 206 millions d’habitants, et couvrant près de la moitié de la surface de l’Amérique du sud. Nous l’oublions souvent, mais c’est aussi un pays frontalier de la France par la Guyane. Bolsonaro incarne l’extrême droite la plus traditionnelle, celle qui se revendique de l’Église et […]

Lire la suite

L’État et le peuple

La question n’est pas seulement de savoir comment faire lâcher prise à ce pouvoir – ça, c’est la stratégie de la révolution citoyenne –, mais d’anticiper l’état dans lequel ils vont laisser nos biens communs, nos services publics, nos droits et les compétences acquises en des décennies de culture publique de l’État. Car le succès de tout projet de transformation politique dépend du terrain social sur lequel il prend appui. Or la vente actée par la Loi PACTE des parts de l’État dans Aéroports de Paris et la Française des Jeux, cessions auxquelles s’ajoutent des actifs d’Engie (ex-GDF) poursuivent le […]

Lire la suite

Mettre la 5e République à la retraite !

La 5e République a 60 ans. L’anniversaire est fêté par les partisans de la souveraineté populaire limitée. Brejnev n’est plus là mais la monarchie présidentielle tient lieu de camisole institutionnelle. C’est à cause de la 5e République que l’accord de libre-échange CETA avec le Canada peut s’appliquer en France depuis un an sans vote du Parlement ni du peuple. C’est à cause de la 5e République que le « non » de 2005 au traité constitutionnel a pu être foulé aux pieds et que le traité de Lisbonne a pu être imposé par la grande coalition PS-Droite dont Macron n’est […]

Lire la suite

De quoi Benalla est-il le nom ?

Passons sur les rebondissements rocambolesques de cette affaire. Benalla qui nie avoir eu des fonctions de garde du corps, alors que des photos par centaines le présentent en garde rapproché d’Emmanuel Macron, depuis la campagne présidentielle jusqu’à son éviction tardive. Ce ne sont pas seulement les faits qui lui sont reprochés pour sa violence le 1er mai qu’il faut dénoncer. Il met en évidence les abus d’un régime qui avec Macron est passé d’une Monarchie Présidentielle, à une Présidence jupitérienne, se croyant presque de droit divin. Le leader de La République En Marche use et abuse de tous les moyens […]

Lire la suite

La règle verte ou la mort

Pour le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui faisait son dernier discours sur l’état de l’Union le 12 septembre dernier, « l’heure de la souveraineté européenne a sonné ». Pire qu’un glas pour les peuples. Pas un ingrédient du dogme libéral ne manque à l’appel : libre échange, réformes structurelles, lutte contre le terrorisme à tout-va et militarisation. La souveraineté européenne est le nom de l’intensification des politiques qui ont mis la Grèce à terre, neutralisent les liens sociaux, absorbent les ressources des pays du Sud et font flamber la planète. À aucun moment le rapport n’est fait […]

Lire la suite

Impôts : aller (vraiment) à la source !

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu entrera donc en vigueur en 2019. L’opposition des syndicats et du patronat, les bugs, les risques de cafouillage comme de rupture de confidentialité, rien n’y fit contre cette décision Hollando-macroniste portée par le ministres ex LR Darmanin. La Grande coalition française privatise ainsi une mission régalienne, essentielle, historique : la collecte de l’impôt. Cette réforme est purement idéologique. Elle n’apportera aucune amélioration du taux de recouvrement de l’impôt dû, celui-ci dépassant déjà les 98%. C’est même l’inverse. Les difficultés informatiques, administratives ou financières des entreprises feront désormais planer un risque […]

Lire la suite

L’écologie contre les lobbys capitalistes

Il n’a pas fallu longtemps aux chiens de garde du système, un instant tétanisés par l’annonce surprise de la démission de Nicolas Hulot, pour tenter d’en minimiser la portée. Le premier de Cordée Emmanuel Macron feint de n’y voir qu’une « décision personnelle », là où nombre d’éditorialistes ergotent sur l’impossibilité d’un ministère de l’écologie. Ils invoquent R. Poujade, premier ministre de la protection de la nature, pour qui il s’agit d’un « Ministère de l’impossible ». Bref, le problème ne résiderait pas dans le système macronien, mais viendrait des écologistes. Pourtant le réquisitoire de Nicolas Hulot a été implacable. […]

Lire la suite

Ordres de batailles

On n’avait jamais vu chose pareille depuis l’établissement du principe d’accès de droit à l’enseignement supérieur public. Quelques dizaines de milliers de nouveaux bacheliers ont passé tout l’été à attendre que cet accès leur soit accordé. Pour beaucoup, ils attendent encore. Certains ont même disparu des radars. Ils sont 46000 à être déclarés « inactifs » par le ministère. Le 5 septembre, la plateforme Parcoursup devrait leur répondre. Ce sera peut-être non. Et après ? Le privé ou bien, faute de moyens, les petits boulots ; mais sans les diplômes ? Un échec organisé par l’État. Une faute impardonnable qu’il […]

Lire la suite

Aller chercher Macron !

L’affaire Benalla a révélé Macron pour ce qu’il est : le président du désordre. Désordre public avec des conseillers agressant des manifestants et désordre démocratique avec le sabotage de l’enquête parlementaire, un fichage politique de masse et une réforme institutionnelle qui renforcerait la monarchie présidentielle. Au-delà, Macron incarne le chaos libéral, son désordre économique avec une croissance en berne et son désordre social avec des inégalités et une précarité qui explosent. Macron (et Hulot), c’est aussi le désordre écologique évidemment : rien contre les pesticides alors que la justice américaine condamne Monsanto, entêtement nucléaire sans fin avec le énième renflouement […]

Lire la suite

Affaire Benalla : Macron, président du désordre

Le désordre règne au sommet de l’Etat. Rendez-vous compte : deux collaborateurs du président de la République en garde à vue pour avoir tabassé des manifestants le 1er mai, trois gradés de la police nationale suspendus de leurs fonctions, un ministre de l’Intérieur qui ment devant le Sénat, et pendant ce temps un Premier ministre qui badine sur le Tour de France et un Président de la République qui se tait et se terre. Et, comble du chaos, ni l’Elysée, ni Matignon, ni la place Beauvau n’ont signalé à la justice les violences commises par Alexandre Benalla dont ils ont […]

Lire la suite