« Libres d’obéir » : Nazisme et management

« Le management par délégation de responsabilité » : cette gestion des « ressources humaines » que met en musique le néolibéralisme a largement fait ses preuves. On n’ignore plus les « symptômes psychosociaux, anxiété, épuisement, burn out et bore out » qu’elle produit, jusqu’aux suicides de salariés comme à France Télécom. Johann Chapoutot dans son dernier ouvrage Libres d’obéir (Essais Gallimard, 16€) en remonte le fil qui mène droit aux… nazis dont il est un historien indispensable et reconnu. Reinhard Höhn, jeune et brillant docteur en droit, membre du parti hitlérien dès mai 1933 puis de la SS en juillet, en est la figure centrale. Himmler reconnaît […]

Lire la suite

Le 30 juin 1934 : Nuit des Longs couteaux

6h30. Bad Wiessee en Bavière. Des voitures s’arrêtent devant la pension Hanselbauer encore ensommeillée. Des hommes en uniforme se déploient silencieusement et soudainement se ruent à l’intérieur. Parmi eux, Hitler, la mine fatiguée et tourmentée, se précipite pistolet au poing devant une porte. Il éructe, dévoile son identité: on lui ouvre. Face à lui, tiré torse nu de son lit, Ernst Röhm, son vieux camarade, chef charismatique des 2 millions de membres des Sections d’assaut qui ont affronté physiquement les socialistes et les communistes et qui depuis un an ont créé des camps clandestins où ils internent leurs adversaires et […]

Lire la suite