Un Macron peut cacher Merkel

« Je soutiendrais Angela Merkel pour la présidence de la Commission européenne si elle souhaitait être candidate ». En disant cela, Emmanuel Macron a levé le voile sur la réalité de son ambition européenne. Pourquoi ne l’a-t-il pas dit dans la campagne européenne ? Pourquoi courber l’échine devant la droite allemande au moment où elle est la plus affaiblie en Allemagne ? Même l’eurocrate correspondant de Libération à Bruxelles Jean Quatremer dénonce désormais l’Europe allemande parlant même « d’impérium germanique » ! A défaut de lire Le Hareng de Bismarck de Jean-Luc Mélenchon, Macron pourrait au moins lire Libé ! Le macronisme est ainsi un vecteur de merkelisation encore accentuée de l’Union européenne. […]

Lire la suite

BCE : Sortir du libéralisme

Absente du débat des élections européennes, la BCE verra son président changer fin 2019. L’Allemagne veut imposer un président encore plus austéritaire. Mais les enjeux démocratiques, économiques, sociaux et financiers vont bien au-delà du nom qui sera choisi. Il y a vingt ans 11 pays de l’Union Européenne (UE) ont mis en place une monnaie commune : l’euro. Aujourd’hui 19 pays, avec plus de 340 millions d’habitants, dépendent des décisions de la Banque Centrale Européenne (BCE). La souveraineté monétaire a été un des piliers historiques dans la construction des Etats et pourtant un groupe de pays a décidé de transférer la […]

Lire la suite

Résultat des élections Un miroir déformant ?

Après plus de 6 mois de mobilisation sociale , les élections européennes n’ont pas été la traduction des aspirations populaires exprimées et n’ont pas permis de sortir du duel imposé entre le système et son assurance-vie. Ces élections se terminent aussi par un score très décevant pour la France Insoumise (6,3%) . Ne tournons pas autour du pot : le score n’est pas à la hauteur des espérances, et encore moins de l’investissement militant du mouvement. Pourtant, les premiers échos de la veille, issues du continent américain étaient rassurantes. Guadeloupe, Martinique et Guyane s’étaient bien mobilisées sur la liste menée par […]

Lire la suite

Union Européenne Un nouveau parlement plus fragmenté

En Europe, les résultats dessinent à peu près les mêmes contours qu’en France. Une légère hausse de participation et malgré un matraquage médiatique « progressistes contre nationalistes », un camp des libéraux qui n’a pas su faire barrage à la montée des extrême-droite. Il en ressort un nouveau Parlement européen plus fragmenté qui promet des débats musclés. Pour la première fois depuis 1979 et les premières élections européennes au suffrage universel, les deux grands partis de droite et de gauche ne détiennent pas de majorité absolue au parlement européen. Si la droite européenne (PPE) reste la première force politique, elle perd une quarantaine […]

Lire la suite

LFI Une équipe de combat riche d’expériences

Avec 6,31% des suffrages exprimés aux élections européennes du 26 mai 2019, la France insoumise envoie six députés siéger au Parlement européen. Ce faisant, elle triple l’effectif de sa représentation européenne, auparavant constituée de Younous Omarjee et Emmanuel Maurel. S’y ajoutent désormais Manon Aubry, Manuel Bompard, Leïla Chaibi et Anne-Sophie Pelletier : une experte de la lutte contre l’évasion fiscale, un mathématicien en aéronautique, une fonctionnaire territoriale responsable de la vie associative de sa commune et une aide-soignante, laquelle a animé la longue grève de l’Ephad des Opalines. Ces six personnalités constituent ainsi une délégation de combat, riche d’expériences diverses et […]

Lire la suite

Un scrutin ne fait pas le printemps

Cette élection européenne se traduit par bien des paradoxes. À l’encontre des prévisions portées par les instituts de sondage, le premier concerne la participation : elle a été indéniablement en hausse. Le mouvement des Gilets Jaunes, qui a placé la question sociale au centre de l’actualité politique, a en effet engendré une hausse de l’activité politique. En revanche, une moitié des électeurs ne se sentent pas concernés par ce scrutin : non qu’ils dénient la question européenne en soi, mais bien qu’ils ne pensent pas que leur vote soit utile, notamment pour les ouvriers et employé.e.s qui se sont abstenu.e.s […]

Lire la suite

UE Macron, extrême-droite unis contre les droits

Partout en Europe, les amis de Macron et ceux de Le Pen ont trouvé leur axe de propagande à l’approche des élections européennes : d’un côté, les progressistes, de l’autre, les nationalistes. Dans l’équipe « progressiste », on compte Emmanuel Macron, Jean-Claude Juncker (président de la Commission européenne et ancien premier ministre luxembourgeois) ou Guy Verhofstadt (président du groupe libéral ADLE au Parlement européen). Dans l’équipe nationaliste, on retrouve Marine Le Pen, Marcel de Graaff (président du groupe d’extrême droite ENL au Parlement européen), Matteo Salvini (le premier ministre italien), Viktor Orban (l’autocrate hongrois). Pourtant, ce clivage entre progressistes et […]

Lire la suite

Enseignement supérieur L’UE contre les services publics nationaux

L’action de l’Union Européenne en matière d’enseignement supérieur est souvent perçue à travers le prisme favorable du programme Erasmus, qui permet des échanges d’étudiants entre pays européens. Mais qu’y a-t-il derrière ce paravent ? Pour apprécier à sa juste valeur cette politique, il faut la replacer dans la perspective du « processus de Bologne » enclenché en 1998 pour faire converger les systèmes universitaires. Processus de Bologne Cette convergence des systèmes universitaires n’est pas une mince affaire : la diversité des systèmes universitaires est très liée aux structures profondes des États et à leur histoire sur le temps long. D’autant […]

Lire la suite

Europe Macron et l’UE : 2 ans indigents !

Dans une tribune récente, Emmanuel Macron appelle à une « renaissance européenne ». Pourtant, deux ans après son élection, son bilan est indigent. Déjà en 2017 avec drapeaux et hymne européens à chaque meeting, il n’a jamais caché son ambition d’être le champion de l’Union européenne. Son discours de la Sorbonne de septembre 2017 donnait le ton. Jouer le bon élève de la classe européenne et avancer avec la chancelière allemande pour une intégration plus poussée. Deux ans après ce ne sont que défaites, renoncements et camouflets. CETA, la bataille non-menée Durant sa campagne présidentielle Macron promettait la mise en […]

Lire la suite