« Prime COVID » : AUCHAN doit passer à la caisse

Le monde d’après sera-t-il pavé des mêmes mensonges que le monde d’avant ? Les salariés d’Auchan à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont manifesté dans leur magasin Auchan pour réclamer la prime « COVID ». Une pétition a également été lancée pour les soutenir. Elle a récolté à ce jour plus de 19 000 signatures ( https://www.mesopinions.com/petition/social/prime-1-000-mensonge/86456 ). A la fin du mois de mars, Auchan avait en effet annoncé vouloir verser la prime de 1000 euros aux salariés mobilisés pendant la crise sanitaire. Deux mois plus tard, nombreux sont celles et ceux qui n’ont toujours rien reçu. Ils ont pourtant travaillé en première ligne pour assurer le fonctionnement des magasins pendant la crise.

Pire encore, les critères d’attribution restrictifs et discriminants se multiplient : Auchan « trie » ses 65 000 salariés. Seuls les employés ayant effectué 28h hebdomadaires recevront la prime complète. Pour le personnel restant, c’est la règle inique du prorata qui est imposée. Elle pénalise les contrats et les postes les plus précaires occupés par les personnes en situations d’invalidité ou par les étudiants : ceux-ci récupéreront uniquement 50 euros. Une aumône face au risque encouru. A la situation d’injustice flagrante, Auchan ajoute de la discrimination entre ses propres salariés.

Auchan a pourtant largement les moyens d’honorer sa promesse : Le groupe a dégagé plus de 45 milliards de revenus en 2019 et il demeure rentable . Ses « Bénéfices avant impôts, intérêts et amortissements » (BAIIA) ont augmenté de 227 millions d’euros.  Mais le cas d’Auchan n’est pas isolée. Ainsi, on a vu Monoprix refuser la prime COVID à un salarié tombé malade … du COVID19 ! Il avait pourtant tenu son poste toute la première partie de l’épidémie avant de se faire hospitaliser le 7 avril. Chez Leclerc, la distribution de la prime sera soumise au bon vouloir des directeurs de magasins, tous indépendants.

L’État doit faire entendre sa voix face aux géants de la grande distribution qui emploient plus de 600 000 de nos concitoyens dans 12 000 magasins. Il doit faire pression pour que Auchan et les autre groupes versent la même prime COVID à tous les salariés de leurs magasins. Cette prime doit aussi être donnée aux salariés des magasins franchisés. Il n’y a pas de « première ligne » à géométrie variable. Au-delà de cette question de la prime COVID c’est de l’augmentation des salaires de la grande distribution qu’il doit être aussi question rapidement.

 

Julien Poix

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email