Le 2 avril 1981 Grève de la faim contre la double peine

Expulsions, aide au retour, durcissement des conditions d’entrée et de séjour, la fin des années 1970 marque un durcissement de la politique migratoire en France. Dans ce contexte, des voix s’élèvent pour alerter sur le sort des jeunes immigrés. Parmi elles, celle de Christian Delorme, un jeune prêtre catholique de 30 ans.

Celui que l’on surnomme « le curé des Minguettes » (quartier populaire de Vénissieux dans la banlieue lyonnaise) a alors déjà un passé de militant auprès des minorités. Il est notamment en charge pour l’Eglise « des relations avec les jeunes issus de l’immigration musulmane ». Au printemps 1981, il décide de se lancer dans une grève de la faim illimitée pour dénoncer les expulsions de jeunes immigrés qui ont grandi en France et s’opposer à la double peine (un délit mineur peut alors condamner à une expulsion). Il est accompagné par Jean Costil, un pasteur protestant membre de la Cimade. Un travailleur algérien en instance d’expulsion, Hamid Boukhrouma, se joint finalement à eux et les trois hommes débutent leur jeûne le 2 avril 1981 au Centre Chrétien Universitaire de Lyon.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Photos: Nirckly

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email