Le 1er juin 1899  Grande grève au Creusot.

Dès le 19ème siècle, le patronat s’assure l’attachement des ouvriers par un paternalisme bien ordonné. En Lorraine les De Wendel, au Creusot les Schneider tiennent les usines, mais aussi la vie des travailleurs. Rien n’échappe à leur main de fer. L’école, les magasins, l’église et même la mort sont soumis au patron. Tout ceci sous couvert d’améliorer le niveau de vie des salariés. Au Creusot, les marchands d’armes que sont les Schneider sont souverains.

Depuis 1884, les syndicats ont le droit de cité. Mais cantonnés hors de l’usine ou de l’atelier. C’est pour avoir le droit d’exister dans l’entreprise que ce que les historiens nomment « la bataille du Creusot » va commencer.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email