Justice : Clément Méric mort pour ses idées

Le 6 juin 2013, Clément Méric meurt des suites de coups qui lui ont été portés la veille, par des skinheads. C’est parce qu’il était militant antifasciste qu’un groupe s’en est pris à lui et l’a tué.

Sa mort est bien politique, même si certains ont tenté de le banaliser en « bagarre de rue ». Les trois hommes jugés en ce moment appartenaient au groupuscule Troisième Voie, fondé par Serge Ayoub, et se réclamant ouvertement de l’idéologie fasciste. Sur le banc des accusés, ils expliquent la socialisation au sein du groupe par le culte de la violence et les références au régime de Vichy, à l’iconographie nazie. Les messages qu’ils envoient à leur chef cette soirée là sont pour se vanter d’avoir envoyé Clément Méric à l’hôpital.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email