Alstom : Le TGV donné à l’Allemagne

Les bans sont publiés : l’allemand Siemens Mobility et le français Alstom vont fusionner. L’heureuse nouvelle a été amplement saluée par la Bourse où l’action Alstom a décollé et par les managers des deux groupes qui annoncent la formation d’un « champion européen », fort d’un carnet de commandes de plus de 60 milliards d’euros. Le gouvernement Macron parle d’un « mariage entre égaux », et se flatte d’avoir obtenu que le nouveau groupe ait un patron français (Henri Poupart-Lafarge) et son siège dans l’Hexagone.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
Partager cet article...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone