Agriculture paysanne : « Un choix de civilisation »

Entretien avec Laurent Pinatel, éleveur, porte-parole de la Confédération paysanne

Comment vont les paysans aujourd'hui ?

Pas très bien. Le nombre de paysans est en chute libre depuis des années. En fait, il diminue depuis la conception de la PAC (Politique agricole commune) en 1957. Le projet des « modernisateurs » des années 1950, c'était d'accroître à tout prix la productivité. Il fallait produire plus, et en même temps libérer de la main d'œuvre pour les autres secteurs d'activité. Cette logique, qui pouvait se comprendre dans les décennies 1950 ou 1960, n'a jamais été révisée. Les gens ont continué à produire beaucoup pour s'en sortir. Et dans les années 1990, on s'est mis à aligner les prix du marché intérieur sur ceux du marché mondial. Avec cette politique européenne de dérégulation, on a des prix qui chutent, et qui tombent relativement bas. Il faut travailler toujours plus, investir toujours plus pour avoir des revenus.


Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email