PPE Le développement des énergies renouvelables repoussé

Entretien avec Mathilde Panot, députée de la France insoumise.

Il y a un an, les militants de la FI avaient mené campagne autour d’un double mot d’ordre : « sortie du nucléaire » et « 100% d’énergies renouvelables ». Quelles ont été les suites de cette initiative ?

Cette campagne était notre façon d’affirmer que l’énergie est une question politique et pas une question technique. C’est au peuple de décider de son avenir énergétique. La campagne nous a aussi permis d’anticiper les discussions sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, la « PPE » – c’est-à-dire le décret, élaboré par le gouvernement, qui donne les orientations énergétiques du pays pour les prochaines années.

Nous avons organisé une votation citoyenne, laquelle a recueilli un peu plus de 300 000 votants. Il s’agit de la plus grande votation jamais réalisée sur le sujet, avec des réunions publiques et des débats dans toute la France. Nous avons aussi animé des « ateliers des lois », où des citoyens se retrouvaient pour réfléchir à la sortie du nucléaire. De ces 10 ateliers est sorti un texte d’une quarantaine d’articles, que nous avons retravaillé avec des juristes et des spécialistes de l’énergie. Tout cela abouti à une proposition de loi, que nous avons déposée cet automne.

C’est une proposition de loi sérieuse qui planifie une sortie du nucléaire et prend en compte les grands oubliés du débat, les salariés du nucléaire. La sortie du nucléaire se fera avec les travailleurs dans leur meilleur intérêt, salariés comme citoyens. La proposition de loi insiste notamment sur la sous-traitance, utilisée de façon massive : 80% des activités de maintenance sont effectuées par des travailleurs sous-traitants qui reçoivent les plus fortes doses de radioactivité alors qu’ils sont moins protégés que les travailleurs statutaires. Il est décisif de créer un statut plancher pour protéger ces sous-traitants. Notre texte traite aussi, bien sûr, des énergies renouvelables, car il ne s’agit pas de sortir du nucléaire pour développer le recours au charbon ou aux énergies carbonées. Nous avons transmis la proposition de loi au ministre Rugy, qui nous a dit qu’il était prêt à en débattre. Nous y sommes prêts aussi !

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email