Rentrée : la grande imprévision

La rentrée scolaire est marquée encore plus que les années précédentes par le poids du nombre. Celui des élèves tout d’abord qui devrait augmenter de 50 000 dans le 2nd degré, tandis qu’ils ont augmenté de 150 000 dans le 1er degré depuis 2009. Loin d’accompagner cette affluence, les moyens du système éducatif vont subir un nouveau reflux. Il y aura encore cette année moins de postes d’enseignants qu’au début de la présidence Sarkozy en 2007. Et la désaffection pour le métier d’enseignant s’accroît, avec un nombre record de postes non pourvus aux concours, en particulier dans les régions les

Lire la suite

Du climat aux assiettes

Le dérèglement climatique se manifeste chaque jour de manière plus cuisante. Le mois de juin 2017 a ainsi été le 2e plus chaud depuis 1900. Le dépassement des 30 degrés de température intervient chaque année de manière plus précoce en avril. Conséquence de ce réchauffement, une grande partie de la France était en situation de sécheresse dès le mois de mai, avec les 2/3 des nappes phréatiques déjà en niveau bas, faisant anticiper des pénuries dangereuses d’eau pour l’été. Tout le pays est touché, du Nord à l’Occitanie en passant par la Bretagne et la Bourgogne.

Lire la suite

2nd tour : abstention et sursaut d’opposition

Une majorité encore plus grande des Français s’est abstenue au 2nd tour de l’élection législative. La majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale est pourtant obtenue par un parti n’ayant réuni les suffrages que de 15 % des citoyens inscrits sur les listes électorales au 1er tour. Macron et son gouvernement arrivent donc au pouvoir par une porte très étroite qu’une majorité de citoyens pourra leur refermer au nez dès qu’une occasion démocratique se présentera.

Lire la suite

Des législatives malades de la Ve République

Analyse des résultats du 1er tour La majorité des Français s’est abstenue. Et une majorité absolue est pourtant promise à l’issue de ce 1er tour pour un parti n’ayant réuni les suffrages que de 15 % des citoyens inscrits sur les listes électorales. Ce serait une faille démocratique sans précédent que les pleins pouvoirs soient ainsi donnés à l’issue du 2nd tour à un pouvoir avec une légitimité civique aussi faible. Jamais président et gouvernement sous la Ve République n’ont dirigé le pays avec une base sociale aussi étroite.

Lire la suite

République en marche-arrière

Cinq jours avant le 1er tour de l’élection législative, la révélation d’un document confidentiel contenant l’avant projet Macron de réforme du code du travail constitue un choc. Il y avait déjà de quoi s’inquiéter sérieusement avec ce que le candidat Macron avait annoncé, notamment la fixation du temps de travail dans l’entreprise, ainsi que le plafonnement des indemnités prud’homme qui permettrait aux entreprises de licencier moyennant finances quelle que soit l’injustice du motif ou le préjudice subi par le salarié.

Lire la suite

La monarchie ça suffit !

Près de 225 ans après l’abolition de la monarchie en France, le nouveau président de la République arbore depuis sa prise de pouvoir les attributs les plus ostensibles du monarque, revendiquant un pouvoir aussi personnel et solitaire que vertical et irresponsable. Il cultive par dessus tout la pire tare monarchique dénoncée en leur temps par les philosophes des Lumières : l’arbitraire. C’est particulièrement visible dans les positions qu’il a tenues lors de ses premiers déplacements à l’étranger.

Lire la suite

Le gouvernement des lobbies

Pas plus que l’élection d’Emmanuel Macron, la nomination de son premier gouvernement ne peut résoudre aucune des crises sociale, écologique et démocratique qui rongent le pays. La composition de ses équipes montre au contraire que tous les facteurs d’aggravation de ces crises sont réunis. Au-delà du paravent de la “société civile”, ce gouvernement se distingue en effet par l’emprise des pires lobbies financiers et anti-écologiques.

Lire la suite

Stoppons le programme de Macron

Élu par défaut, le nouveau président dispose d’une légitimité très limitée. Il n’existe aucune majorité dans le pays en faveur de son programme, comme en atteste son score du 1er tour représentant 18 % des citoyens inscrits sur les listes électorales, mais aussi la faible part de ses électeurs ayant voté pour lui par conviction de fond. Il n’existe pas non plus à cette heure de majorité politique solide capable de mettre en œuvre ce programme.

Lire la suite

Analyse des résultats du 2nd tour : un vote par défaut

Le “triomphe” apparent de Macron face à Le Pen a masqué médiatiquement une autre réalité politique, sans précédent pour le second tour d’une présidentielle : l’ampleur cumulée de l’abstention et des votes blanc et nul qui représentent 34% des électeurs inscrits, ce qui en fait la deuxième réalité politique du pays, largement devant le vote pour Le Pen (22% des inscrits au second tour).

Lire la suite

Rester libres

Les maîtres chanteurs électoraux sont repartis en campagne pour le second tour de l’élection présidentielle. Ils continuent d’agiter le mythe d’un front républicain contre le FN, qui n’a jamais réellement existé dans le peuple français. Car il n’est qu’une invention des appareils sociaux-démocrates et conservateurs pour transformer la menace FN en assurance vie de leur alternance sans changement de politique. Ce chantage est d’autant plus hypocrite que les promoteurs de ce « front républicain » sont aussi les responsables historiques de la montée du FN. Leur but ultime est que tout vote puisse être prévu d’avance, canalisé, voire encadré et même contraint.

Lire la suite