Loi Blanquer : Une école à deux vitesses

Le Ministre Blanquer avait annoncé qu’aucune loi ne porterait son nom. Il a bien failli tenir sa promesse puisque les réformes du lycée général et technologique, du lycée professionnel et du baccalauréat ont été actées par décrets, sans passer par le processus législatif. Et cela alors même qu’elles représentent un bouleversement des finalités de ce niveau d’enseignement. Mais le Ministre a finalement présenté au début de l’année un projet de « loi sur l’école de la confiance » qui rencontre un vif rejet de la part des enseignants et des parents d’élèves. Après un passage devant l’Assemblée nationale puis le Sénat, une commission paritaire mixte s’est réunie le 13 juin 2019 afin de trouver un compromis entre les deux textes votés. La mobilisation des enseignants et des parents a porté ses fruits. Certaines dispositions, parmi les plus emblématiques et les plus critiquées, ont été abandonnées. Mais dans le texte de la commission paritaire restent des mesures qui vont aggraver les inégalités sociales et territoriales, en accord avec le projet initial Blanquer, celui d’une école à deux vitesses.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email