Les bourses dans leur bulle

« J’y pense et puis j’oublie, c’est la vie c’est la vie ». La rengaine du protagoniste de la chanson de Dutronc va décidément comme un gant aux agents du capitalisme. Les crises succèdent aux bulles à un rythme toujours plus effréné, signe que dans le nouvel âge du capitalisme l’économie financière s’est inexorablement détachée de l’économie réelle. Pourtant rien n’y fait. A force prendre le contre-pied du réel, voilà que déjà la nouvelle crise menace.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email