Écouter le peuple

L’une des causes majeures de la mobilisation sociale qui secoue la France depuis ces dernières semaines tient certainement à la morgue des pouvoirs, politiques, économiques et médiatiques, qui n’écoutent plus le peuple depuis longtemps. Le référendum concernant le Traité Constitutionnel européen en avait tracé les prémisses. Une intelligentsia crispée sur ses certitudes avait tenté de délégitimer les attentes populaires, accusant – déjà – les voix discordantes de populisme et de faire le jeu des extrêmes. Le résultat pourtant sans appel a été suivi d’un concert de condamnation et à un contournement de la volonté populaire par le traité de Lisbonne. […]

Lire la suite

La demande et la réponse

Le « grand débat national » va durer un mois. On doute déjà massivement de son efficacité. Personne n’a vraiment compris quels en étaient les objectifs, les contours et les méthodes. On se rappellera quand même que Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), chargée dans un premier temps de l’organiser s’est finalement désistée de cette tâche, mais n’a pas renoncé aux émoluments confortables perçus à ce titre. Le « grand débat », conçu à l’initiative du Président de la République et engagé par le Gouvernement, permet-il de répondre aux demandes formulées par les Gilets Jaunes […]

Lire la suite

Insurrections(s) citoyenne(s)

Le mirage d’une France confisquée par les libéraux et les nationalistes comme au 2e tour de la présidentielle 2017 s’effondre sous les coups de l’irruption citoyenne. La demande populaire mêle partage des richesses, urgence climatique, exigence démocratique et de dignité. Rarement situation n’aura autant confirmé la pertinence de la France insoumise. Le choix des insoumis de mener campagne en 2019 pour la 6e République, la règle verte, et les services publics et la gratuité en témoigne. Le fond de l’air est à l’insurrection citoyenne : gilets jaunes, gyros bleus, blouses blanches, stylos rouges et pétition verte forment un camaïeu stimulant […]

Lire la suite

Les digues sont rompues

Il y a longtemps que plus personne ne croit aux mouvements linéaires de l’histoire. Comme le faisait remarquer Hegel, la seule chose que nous pouvons retenir de l’histoire, c’est que ni les gouvernements ni les peuples ne retiennent de leçons de l’histoire. Chaque soubresaut révolutionnaire en constitue un exemple singulier. Les commentateurs patentés cherchent en vain à saisir les gilets jaunes, à les assigner à un modèle conforme à leurs lointains souvenirs d’étudiants en grandes écoles. Les armées d’éditocrates creusent des tranchées face à un mouvement qui déborde de toutes parts. Ils voulaient y voir des conducteurs de 4/4 et […]

Lire la suite

Onde de chocs

Les jours de colère s’enchaînent. Le peuple a engagé un rapport de forces avec le pouvoir. Un pouvoir devenu illégitime parce qu’il est haï et haï parce qu’il est illégitime. On connaît ça en France qui a vu naître son peuple politique dans le refus du pouvoir illégitime. Ce refus s’est exprimé à plusieurs reprise dans l’Histoire. Souvenez-vous : « Pour moi, c’est non ! » C’était le slogan de la campagne victorieuse contre le traité constitutionnel européen en 2005. Nous avions dit non à cette Europe des critères de Maastricht, à l’Europe de l’AMI (l’accord multilatéral sur les investissements) […]

Lire la suite

Fédérer

Fédérer est tâche ardue. Mais c’est l’essence même de l’action politique. On fédère en partant de points de vue, et parfois d’intérêts, différents mais en construisant du commun. Pour y parvenir, mieux vaut éviter d’insulter ou de mépriser ceux que l’on espère entraîner ni exiger d’être d’accord sur tout. L’écoute et la décision collective sont des passages obligés. Mieux vaut aussi éviter de s’époumoner dans le vide en parlant une langue morte comme celle du rassemblement de la gauche. Mieux vaut prendre ses repères dans la société que dans les entre-soi confortables mais sclérosants. De ce point de vue, le […]

Lire la suite

Une colère nécessaire

Il y a bien des leçons à retenir du mouvement des gilets jaunes. Même si les signes de la colère étaient perceptibles depuis des mois, nul n’a vu venir précisément son déclenchement. Preuve en est de l’enracinement des frustrations sociales et du sentiment profond d’injustice. Celle-ci peut prendre bien des figures, et la mobilisation des gilets en est une : elle invente des formes inédites d’apparitions collectives. Contre toute attente elle ne réunit pas l’amicale des conducteurs de Hummers et de Quads, mais elle dérive vite sur des mots d’ordres sociaux et politiques : appel au peuple souverain, demande de […]

Lire la suite

Rien plus rien

La journée de protestation contre la hausse du carburant a fait trembler le pouvoir en place pourtant si sûr de lui. Les « gilets jaunes » ne sont plus dupes. D’ailleurs c’était gros comme une maison effondrée par le poids de la pauvreté. Ce gouvernement ne nous veut pas du bien, à nous, le peuple. Maintenant, on en est sûrs et on le dit. Sans filtre. Avec la force du désespoir. On le lui a dit d’une autre manière encore le lendemain de cette grande mobilisation avec les rencontres nationales des quartiers populaires dans lesquelles on a recensé et recherché […]

Lire la suite

Le carburant de la colère

La journée du 17 novembre contre la hausse du prix des carburants a vite été cataloguée comme une « colère ». Pour les éditocrates, c’est une manière de dénigrer. Mais le dictionnaire est clair.  Colère : sentiment d’irritation contre ce qui nous blesse. « Cachez donc cette colère » entend-on si souvent. Mais en réalité, c’est la blessure qu’il faudrait cacher ! Des ouvriers en légitime défense sociale contre des licenciements ? Un président de groupe parlementaire d’opposition s’offusquant de perquisitions menées par un procureur soumis au gouvernement ? Des automobilistes voyant leur salaire disparaître de plus en plus dans leur plein d’essence ? Et ils voudraient qu’il n’y […]

Lire la suite

Guerre et Paix

En se référant aux événements historiques des années trente, Emmanuel Macron transforme la commémoration de l’armistice de la première guerre mondiale et utilise la mémoire de la grande guerre, qui a si profondément marqué le XX° siècle. La première guerre, c’est d’abord dix millions de morts et environ huit millions d’invalides, des millions de déplacés. Avec elle l’Europe a aussi connu l’un des premiers génocides reconnus : le massacre des Arméniens. Voilà pourquoi les années trente ont été celles de la recherche de la paix. Cette paix n’aurait pas été possible sans la Révolution des soviets, elle en a été […]

Lire la suite