Macron a la France honteuse

Ces dernières semaines, M. Macron « revisite les termes de la souveraineté » selon les mots qu’il a lui-même employés fin août alors qu’il inaugurait la 25e Semaine des ambassadeurs. Dans les faits, la liste des dépossessions de souveraineté qu’il impose au pays s’allonge, tandis qu’il tient la France pour incapable d’agir ou penser par elle-même, la plaçant de fait sous tutelle. Le Figaro révélait ainsi cette semaine un courrier du Premier ministre visant à mettre en place un «Comité Action Publique 2022» (CAP 22) pour réformer le service public. Celui-ci serait notamment «composé de personnalités françaises ou étrangères ». Ainsi donc, pour faire évoluer le service public, qui est une spécificité et l’honneur de la France du fait de son universalité résultant du contrat social cimentant la patrie républicaine, il faudrait aller prendre conseil chez d’autres dont le niveau d’ambition et donc les formes diffèrent nécessairement. L’invitation au démantèlement pur et simple du service public à la française, outil de l’indivisibilité de son peuple, est on ne peut plus claire.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
Partager cet article...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone