Cynisme sans limite

Volkswagen a utilisé en 2015 400 millions d’euros de prêts bonifiés de la Banque européenne d’investissements pour installer le logiciel fraudeur du « Dieselgate » sur ses moteurs et tricher lors des tests d’émission de CO2 alors que cet argent était censé l’aider à faire des recherches pour produire des voitures plus propres, apprend-on dans un article du Monde (9 octobre) consacré au dernier rapport de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF).

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email