Biais cognitifs

C’est peut-être l’un des paradoxes de nos sociétés hyper connectées, hyper informées : plus on croit savoir, moins on sait. Les sciences sociales ont analysé ces cas de dissonances cognitives, renouvelant le vieux problème moral d’Ovide tentant de comprendre pourquoi alors qu’il voit le bien et l’approuve, il finit par faire le mal. Les alarmes portées par les rapports successifs du GIEC, les documentaires multiples ont beau nous évoquer la possible quatrième extinction massive des espèces, nous continuons à feindre d’ignorer le problème, à détourner les yeux quand la planète brûle, comme le chantait le groupe Midnight Oil. Le gouvernement […]

Lire la suite

Pression populaire

La mobilisation du peuple algérien ne faiblit pas. Chaque vendredi, les rues des villes de ce pays auquel nous sommes si intimement lié s’emplissent d’une foule jeune, pacifique et déterminée : « Pas de cinquième mandat pour Bouteflika ! ». Même la décision de l’actuel Président Bouteflika de retirer sa candidature n’a pas fait rentrer les gens chez eux. Parce qu’ils savent se méfier. En même temps que la candidature Bouteflika est retirée, la prochaine date de l’élection présidentielle l’est aussi. C’est un signal d’alerte. La dure reprise en main par le pouvoir en place guette en retirant toute occasion […]

Lire la suite

Logement Un situation alarmante pour la Fondation Abbé Pierre

Le 24e rapport de la Fondation Abbé Pierre s’inquiète du mal-logement persistant voire grandissant et en démonte les mécanismes. Il a fallu les 8 morts de l’effondrement d’immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille le 5 novembre dernier pour que les médias s’intéressent brièvement aux logements insalubres. La question du logement échappe aux rubriques « déco » des télés. La situation n’est pourtant pas anecdotique ainsi que le signale le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre. Près de 4 millions de nos concitoyens sont logés dans des conditions qualifiées de « très difficiles », pas moins de 12 millions […]

Lire la suite

Écouter le peuple

L’une des causes majeures de la mobilisation sociale qui secoue la France depuis ces dernières semaines tient certainement à la morgue des pouvoirs, politiques, économiques et médiatiques, qui n’écoutent plus le peuple depuis longtemps. Le référendum concernant le Traité Constitutionnel européen en avait tracé les prémisses. Une intelligentsia crispée sur ses certitudes avait tenté de délégitimer les attentes populaires, accusant – déjà – les voix discordantes de populisme et de faire le jeu des extrêmes. Le résultat pourtant sans appel a été suivi d’un concert de condamnation et à un contournement de la volonté populaire par le traité de Lisbonne. […]

Lire la suite

La demande et la réponse

Le « grand débat national » va durer un mois. On doute déjà massivement de son efficacité. Personne n’a vraiment compris quels en étaient les objectifs, les contours et les méthodes. On se rappellera quand même que Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), chargée dans un premier temps de l’organiser s’est finalement désistée de cette tâche, mais n’a pas renoncé aux émoluments confortables perçus à ce titre. Le « grand débat », conçu à l’initiative du Président de la République et engagé par le Gouvernement, permet-il de répondre aux demandes formulées par les Gilets Jaunes […]

Lire la suite

Insurrections(s) citoyenne(s)

Le mirage d’une France confisquée par les libéraux et les nationalistes comme au 2e tour de la présidentielle 2017 s’effondre sous les coups de l’irruption citoyenne. La demande populaire mêle partage des richesses, urgence climatique, exigence démocratique et de dignité. Rarement situation n’aura autant confirmé la pertinence de la France insoumise. Le choix des insoumis de mener campagne en 2019 pour la 6e République, la règle verte, et les services publics et la gratuité en témoigne. Le fond de l’air est à l’insurrection citoyenne : gilets jaunes, gyros bleus, blouses blanches, stylos rouges et pétition verte forment un camaïeu stimulant […]

Lire la suite

Gilets Jaunes : la Réunion, une île en souffrance

« Je vais vous parler de La Réunion, mon île, qui est en souffrance, et qui est une sous-France pour beaucoup d’entre vous ; La Réunion, où les notions de liberté, d’égalité et de fraternité sont totalement bafouées par l’arrogance du pouvoir, bafouées par la corruption des élus d’ici et de là-bas, bafouées par votre manque d’humanité, vous les députés de la majorité. Il n’y a pas de justice sociale. » Ainsi s’est adressé, lundi 26 novembre, Jean-Hughes Ratenon à l’Assemblée nationale. L’élu qui a connu le RSA avant d’arriver au Palais Bourbon a dressé ensuite un terrible paysage social de l’île : 343 000 […]

Lire la suite

Quartiers populaires : « la nécessité du changement radical de société »

Entretien avec Pascal Troadec, coanimateur du Livret thématique Quartiers populaires, quartiers solidaires de la France insoumise, maire-adjoint de Grigny (91) chargé de la culture et responsable associatif. D’où vient l’idée des Rencontres nationales des quartiers populaires du 18 novembre à Épinay-sur-Seine (93)* ? Cette idée est née de l’écriture du Livret thématique sur les Quartiers populaires pendant la campagne présidentielle de 2017 qui a été perpétuée avec l’appui des députés insoumis Éric Coquerel et Mathilde Panot. La particularité de ces Rencontres est de penser les choses à partir de l’expérience, des savoir-faire et expertises de ceux qui agissent sur le […]

Lire la suite

Guerre et Paix

En se référant aux événements historiques des années trente, Emmanuel Macron transforme la commémoration de l’armistice de la première guerre mondiale et utilise la mémoire de la grande guerre, qui a si profondément marqué le XX° siècle. La première guerre, c’est d’abord dix millions de morts et environ huit millions d’invalides, des millions de déplacés. Avec elle l’Europe a aussi connu l’un des premiers génocides reconnus : le massacre des Arméniens. Voilà pourquoi les années trente ont été celles de la recherche de la paix. Cette paix n’aurait pas été possible sans la Révolution des soviets, elle en a été […]

Lire la suite

PLF 2019 : Macron détricote la Sécurité Sociale

Le premier budget de la présidence d’Emmanuel Macron avait un seul mot d’ordre : tout pour les plus riches. La deuxième année, loin de rééquilibrer la politique du gouvernement, l’accentue. Le projet de loi de finances 2019 (PLF 2019) et le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS 2019) ont pour seul but la hausse de la rémunération du capital et de défaire l’Etat social. Tout pour les entreprises Une phrase revient de façon récurrente dans les documents budgétaires : il faut « libérer l’économie et le travail » pour « faire croître nos entreprises ». Bien […]

Lire la suite