Urgences : Agnès Buzyn apprentie sorcière’

Trois mois après les débuts parisiens du mouvement social dans les services d’urgence, 95 sont actuellement en grève. Les raisons de la colère : des urgences embouteillées par les brancards et les installations de fortune, et une prise en soin des patients inefficiente du fait d’un manque criant de personnels soignants. Les tensions sociales sont alors inévitables, entre services, mais aussi entre patient·e·s et personnels, toutes et tous excédés par des conditions indignes de travail et d’accueil. Le 11 juin fut une journée de mobilisation nationale, l’occasion pour le collectif inter-urgences d’afficher des revendications claires : hausses des effectifs, hausse des salaires, […]

Lire la suite