La drôle de guerre

Pour Clausewitz (De la guerre, 1832) la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. Emmanuel Macron, médite sans doute cette maxime depuis le 16 mars 2020. À six reprises, il avait invoqué la guerre, parlant de « mobilisation générale » contre un « ennemi (…) invisible, insaisissable ». Dès lors il est normal que les décisions qu’il prenne se fasse dans un « conseil de défense », et qu’il use de tout l’arsenal constitutionnel, décrétant l’état d’urgence. Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore compris, en décrétant le couvre-feu, mesure d’assignation à résidence exceptionnelle, il confirme sa volonté de faire la guerre. […]

Lire la suite

Le 27 septembre 1959 : Boupacha dépose une bombe à Alger

Le 27 septembre 1959 Djamila Boupacha dépose une bombe à la Brasserie des facultés à Alger. Dactylographe de 22 ans, elle appartient aux 2 % de fidayates, les porteuses d’armes et poseuses de bombes luttant pour l’indépendance de l’Algérie. Ces femmes, pour qui l’espoir de l’indépendance nationale correspondait aussi à un engagement féministe ont lutté sur deux fronts. […]

Lire la suite

Crises : « Les réactions d’une société sont dictées par des habitudes acquises avant »

Le philosophe Michael Foessel, professeur à l’école polytechnique, revient sur « ce qui prédispose un Etat, une société, une presse, à des solutions autoritaires. Un événement aussi immense qu’une défaite militaire ou une pandémie n’advient jamais dans un contexte neutre » précise-t-il, à la lumière de la crise actuelle autour du Coronavirus et de son livre Récidive, 1938 qui revient sur l’année 1938, charnière entre le Front Populaire de 1936 et la débâcle de 1940.   Vous êtes philosophe. Quelle réflexion vous inspire la crise actuelle, le confinement ? L’événement est trop immense pour n’inspirer qu’une seule réflexion. Dans une même journée, […]

Lire la suite