Cinéma : « Au nom de la terre », au nom de la vie

« Au nom de la terre » est un film à voir. Tiré d’une histoire vraie, celle du réalisateur Edouard Bergeon, contant celle de son père (incarné par Guillaume Canet) agriculteur qui s’est donné la mort à 45 ans dans son exploitation. Le film est d’ailleurs dédié à ces paysans qui chaque jour ou presque se suicident dans notre pays. […]

Lire la suite

Le 20 octobre 1854 – Rebelle aux « semelles de vent »

Publié confidentiellement de son vivant, Arthur Rimbaud est devenu un des représentants les plus illustres de la poésie française. Les institutions scolaires et académiques s’en sont emparé, l’ont disséqué, digéré. L’homme aux « semelles de vent » qui n’aimait rien tant que le mouvement a été statufié. On concède son asocialité, ses révoltes, ses dérives mais en les neutralisant : c’était un artiste, un génie, ce qui se paie par de l’originalité… Et le sépare d’autant des hommes et femmes ordinaires de son temps. […]

Lire la suite

Le 5 mai 1976 Nous nous sommes tant aimés

En 1976, Ettore Scola signe un de ses plus grands films. Il trace le portrait d’une génération, la sienne, celle qui a eu 20 ans pendant la guerre, à travers les parcours parallèles, puis croisés, de trois amis. Ils sont ensemble partisans, ils vont mûrir, perdre (ou pas…) leurs illusions, trahir (ou pas…) leurs idéaux. De vrais héros à l’italienne pour une comédie aigre-douce. Ils ne sont pas bien maîtres de leur destin, ces trois-là. On les sent embarqués dans la grande histoire de leur pays. Le fabuleux espoir de la gauche, à la Libération, et les déceptions qui suivent. […]

Lire la suite

« La création est un art essentiel de construction de notre humanité »

Entretien avec Christian Benedetti, acteur et metteur en scène, directeur du Théâtre-Studio à Alfortville, candidat sur la liste FI aux européennes. Vous êtes un acteur et metteur en scène engagé, de quand date votre engagement et quel a été le déclencheur? Franchement qu’y a-t-il de plus con que de donner de l’argent pour s’asseoir et regarder des gens faire semblant d’être quelqu’un d’autre ? Et pourtant, quand le mot théâtre ne maquille pas la diversion, il est cet endroit d’intranquillité qui nous renseigne sur l’état du monde. Être engagé a toujours été une évidence pour moi : le théâtre n’est […]

Lire la suite

Une histoire populaire de la France !

Depuis la rentrée, « ceux d’en bas » sont au cœur d’un livre indispensable à qui veut penser la société française de sa naissance à nos jours : Une histoire populaire de la France, éditée par Agone, maison marseillaise indépendante. Son auteur, Gérard Noiriel, avait justement choisi les Amfis pour expliquer sa démarche et présenter cette somme de recherches, fruit d’une carrière d’historien-sociologue directeur d’études à l’EHESS. Issu des classes populaires, il n’a jamais oublié la violence et la stigmatisation subies par les dominé·e·s. Conscient du rôle émancipateur de la connaissance, son but est de transmettre le récit historique des six derniers siècles […]

Lire la suite

La guérilla médiatique vue de l’intérieur

L’insoumise Raquel Garrido, désormais chroniqueuse des Terriens du Dimanche sur C8, publie son « Manuel de guérilla médiatique » (Edition Michel Lafon). Pourquoi avoir écrit ce livre ? Je voulais clore une période de ma vie que j’ai consacrée à m’immiscer dans la frénésie des chaînes d’info. Pour arriver à y faire ma place, j’ai dû l’observer, m’adapter à ses règles et à ses codes : mon expérience est une source d’information utile aux citoyens. Je reviens sur les attaques que j’ai subies à coups de fausses informations. J’ai voulu comprendre les processus qui peuvent conduire à un tel manque de déontologie dans le traitement […]

Lire la suite

Le 14 octobre 1980 : Mort de Louis Guilloux

Le Sang noir, cette œuvre emblématique des années 30, ce chef d’œuvre qu’on connaît plus ou moins, sans bien toujours savoir si on l’a lu, ou vu. Le Sang noir est un roman foisonnant, concentrant en une journée de 1917 (temps révolutionnaire, temps de mutineries) toutes les indignations, les obsessions de son auteur, Louis Guilloux : l’armée, la guerre, la bourgeoisie bien pensante et hypocrite, l’école, l’État, tout ce qui le révulse, tout ce qu’il dénonce. […]

Lire la suite