Animal L’agro-industrie contre les animaux… et les hommes

Le productivisme a transformé les animaux en simple matière première ou en donnée négligeable. Pour satisfaire aux exigences d’un marché mondial, ses variations subites, chacune des composantes du monde est exploitée : environnement, sols, animaux, mais aussi producteurs·trices évidemment. Les animaux des élevages intensifs ne sont plus que de la marchandise, dont il faut tirer le plus possible, pour vendre le plus possible, en résumé : être profitable. Les fermes-usines s’agrandissent : 1 000 vaches, 20 000 cochons, 200 000 poulets. Cela implique une organisation du travail qui néglige la souffrance, répand des maladies par la promiscuité, et acte l’impossibilité matérielle de prendre […]

Lire la suite

EGalim : États-généraux de l’alimentation ou de l’agro-industrie ?

Lancés en grande pompe le 20 juillet par le gouvernement, les États généraux de l’alimentation doivent se poursuivre jusqu’à fin novembre. Belle initiative de démocratie ou arbre qui cache la forêt ? Une situation alarmante, des débats insuffisants La situation est alarmante. La filière agricole compte pour 165 milliards d’euros de chiffre d’affaires généré par 400 000 entreprises agricoles. La filière agro-alimentaire, elle, concerne 835 000 entreprises pour 650 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Et pourtant, un agriculteur sur deux vit avec moins de 350 euros par mois. Ce fossé peut être résumé par le parcours d’une simple échalote : […]

Lire la suite