SNCF : Mettons le climat sur les rails !

La crise climatique préfigure déjà d’un effondrement du vivant qui entraine à son tour une crise civilisationnelle profonde et durable. Mais, à rebours des nécessités, la politique du « tout camion » se poursuit : actuellement 85% du transport des marchandises en France est effectué par des poids lourds qui consomment 94,1% des énergies fossiles quand le train ne dépasse pas 1,8% !

La complémentarité des modes de transports devrait pourtant conduire à revoir en profondeur l’approche des transports de masse. Ce n’est pas le choix effectué depuis 30 ans par les gouvernements successifs. Tous se sont attaqués au modèle durable du train pour en faire aujourd’hui une variable libérale, qui opère loin de l’intérêt général, sa mutation vers un système exclusivement productif, socialement précaire. La réglementation nationale et européenne a permis, dans les transports routiers, une véritable casse sociale sur fond de dumping avec les salariés des pays voisins, mais aussi une négation absolue des effets de ce mode de transport en terme de pollution, d’encombrement des voies de circulations, d’accidents etc… Une réglementation qui profite au lobby routier, surtout étranger, avec la généralisation des poids lourds de 44 tonnes, le cabotage (possibilité pour un transporteur étranger d’assurer du fret en France et sur courte distance), le transit des poids lourds qui traversent le territoire national pour livrer leur marchandise dans d’autres pays, et représentent 13,6% des transports sur le territoire, supérieur à la part totale du fret ferroviaire de 9,9% !

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email