Révolution Française Le détricotage du modèle républicain, cause majeure de la crise

Entretien avec Stéphanie Roza, chercheuse au CNRS, spécialiste des Lumières.

On commémore ces jours-ci l'ouverture des États-Généraux, prélude à la Révolution française. Que reste-t-il, aujourd'hui de la Révolution?

La chute du Mur de Berlin, et le recul de la culture communiste qui s'en est suivi ont un peu effacé la mémoire de la Révolution française, comme d'ailleurs celle de la Révolution russe d'octobre 1917. Alors que le bicentenaire de 1989, puis les 80 ans de la Révolution russe en 1997 avaient déclenché d’intenses polémiques, le centenaire d’Octobre est passé presque totalement inaperçu en 2017.

Concernant la Révolution française en particulier, il devient urgent de redresser la barre, car peu de gens et même de militants se souviennent aujourd'hui des grands événements qui l'ont rythmée, comme l'insurrection populaire qui, le 10 août 1792, a mis fin à une monarchie millénaire. Pourtant, l'héritage révolutionnaire reste vivant en France, comme en attestent, par exemple, les nombreuses et positives références aux sans-culottes qui n'ont pas manqué de fleurir quand les gilets jaunes sont entrés en scène, à l'automne 2018. Les Français continuent de cultiver un certain égalitarisme qui est moins fort dans d'autres pays ; la culture politique nationale reste marquée par le républicanisme social, produit des Lumières françaises.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email