Reprise (1)

La présidente brésilienne est menacée de destitution par son opposition pour falsification des comptes publics. Elle a dix sessions parlementaires pour exposer sa défense. Dilma se plaint d'un « coup d'État institutionnel ». Au moins dans ce système prévoit-on la mise en cause réaliste du plus haut responsable de l’État.
Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email