Premier opposant, premier proposant

Si la France insoumise est le premier opposant à M. Macron, c’est qu’elle ne s’oppose pas seulement aux décisions du gouvernement et à leurs conséquences, mais aussi à leur origine idéologique, libérale et productiviste.

Surtout, l’actualité confirme la pertinence et l’urgence du programme l’Avenir en Commun. L’impasse nucléaire et le changement climatique rendent indispensable le passage à 100% d’énergies renouvelables. Des études confirment la possibilité d’une alimentation 100% bio. Le chômage et les ordonnances exigent une vigoureuse action pour libérer l’économie de la tutelle financière. La monarchie présidentielle rappelle la nécessité d’une Assemblée constituante de la 6e République. Le racisme, les provocations communautaristes et les assignations identitaires imposent le retour à la raison laïque, émancipatrice et égalitaire. La tournure des événements européens rend toujours plus nécessaire la sortie des traités. La crise nord-coréenne illustre l’urgent besoin d’action pour la paix.

La France insoumise est aussi le premier proposant. Son contre-budget est un démonstrateur qu’un budget de planification écologique et de partage des richesses est aussi nécessaire humainement que faisable financièrement. A l’occasion des « paradise papers », elle a présenté 5 mesures pour lutter contre l’évasion et la fraude fiscale. Les propositions de ses députés sont innombrables et prouve sa capacité de gouvernement : enquête sur la vente de fleurons industriels comme Alstom, fin de la contribution française à l’OTAN de Trump, rapport d’information sur la privatisation des autoroutes, alerte sur la situation dans les EHPAD, exigence d’un référendum sur le CETA, demande de moyens financiers contre les violences sexistes, création de nouveaux droits pour les salariés etc. Au total, les députés insoumis ont ainsi déposé 1500 amendements aux projets du gouvernement démontrant l’attitude dogmatique, sectaire, du pouvoir qui refuse toute idée autre que celles sorties de la cuisse de Jupiter.

Le mouvement insoumis va amplifier cette démarche avec trois campagnes pour 2018 : lutte contre la pauvreté, lutte contre l’évasion et la fraude fiscale, sortie du nucléaire et promotion des énergies écologiques. L’occasion de décliner des propositions concrètes et de dessiner un horizon humain dans un esprit d’éducation populaire et d’action. La proposition faite par Jean-Luc Mélenchon d’organiser une votation citoyenne sur la sortie du nucléaire partout en France le dimanche 11 mars 2018, jour anniversaire de la catastrophe de Fukushima, en est un bon exemple.

Car l’émancipation et la souveraineté du peuple ne peuvent venir d’ailleurs que du peuple lui-même. Combines, tambouille ou avant-garde ne sont pas des raccourcis mais des impasses. L’immense effort pour s’arracher aux routines fainéantes était indispensable en 2017. Il mérite d’être poursuivi.

Matthias TAVEL

Partager cet article...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone