Précarité étudiante

Il a fallu qu’un étudiant de Lyon s’immole pour que l’on parle de la précarité étudiante. Ainsi on apprend grâce à Rue89 que près d’un millier d’étudiants Strasbourgeois ont recours chaque jour aux associations caritatives pour pouvoir manger. À quand un film sur la question pour « émouvoir » Macron ?

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email