Pénurie de médicaments L’industrie pharmaceutique aux commandes

1100%, c’est selon l’ANSM le taux d’augmentation des ruptures de stocks de médicaments et tensions d’approvisionnement entre 2008 et 2017. Marginal au début des années 2000 ces pénuries, qui concernent des produits aussi majeurs que les anticancéreux ou les antiinfectieux, sont aujourd’hui devenues un problème majeur.

Ce phénomène illustre le danger de confier au secteur privé une activité d’intérêt général majeur. La production de médicaments repose en effet sur des acteurs privés, dont les objectifs de rentabilité (le taux de rentabilité de l’industrie pharmaceutique est supérieur à celui de la finance) s’opposent aux préoccupations sanitaires des États.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email