Paradise papers : En finir avec l’évasion fiscale organisée

Les « paradise papers » confirment ce que de nombreux observateurs savaient. Profitant de législations dépassées mais aussi de l'action de gouvernements qui ont préféré le « laissez faire, laissez passer », l’attractivité et la compétitivité à l’équité fiscale, de nombreux agents économiques ont évité massivement l’impôt via des mécanismes d’optimisation agressive, sophistiqués, confinant parfois à la fraude organisée. Le résultat est sidérant : entre 60 et 80 milliards d’euros de fraude fiscale, au moins 20 milliards d’euros de pertes dues à une optimisation présentée comme légale mais profondément illégitime, et des capitaux off-shore qui plombent l’économie réelle en alimentant la spéculation. Le coût social, économique et environnemental de cette industrie de l'évitement de l'impôt n’est malheureusement plus à démontrer. C'est une atteinte aux droits humains car le manque à gagner est détourné de son objectif : le financement d'une action publique et sociale au service de tous.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
Partager cet article...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone