Open Bar

Lors de la discussion du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé, la majorité LREM a proposé de donner à la future plate-forme nationale de données médicales – en principe protégées par le secret médical – un statut de droit privé. Ce qui veut dire qu’elle pourra être vendue ou utilisée au service d’intérêts particuliers.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email