Miraculé provisoire

Sauvé une fois par Notre-Dame, le Président Macron ne l’a pas été une seconde fois. Il a bien fallu qu’il fasse ses annonces la semaine qui a suivi l’incendie. Aurait-il entendu sinon écouté les revendications des Gilets Jaunes ou même celles des maires qu’il a visités avec tant d’ardeur ? Aurait-il tiré les conséquences des demandes instantes de « soleil », d’égalité et de démocratie, mais aussi de respect et de solidarité ?

Las, sa conférence de presse façon maître d’école sur estrade a déçu. Pas parce qu’il n’a rien dit. Mais parce qu’il a répété ce que lui et ses porte-parole disent depuis 2 ans : « Notre politique est la bonne. Donc nous ne dévierons pas du cap assigné parce que c’est le bon. Notre pays a besoin de changement parce que le monde change. Et le changement que nous proposons est le meilleur. » Difficile de résister nerveusement à cette litanie dogmatique.

Mais il a aussi précisé (un peu) de quoi sa politique serait faite dans cette nouvelle partie du quinquennat. En l’occurrence, il prévoit toute une série d’approfondissements de ce qui a été entamé la première année. Sauf que c’est justement ce qui a fait sortir notre peuple de ses gonds.

Contre l’injustice fiscale ? Au lieu d’entendre la demande de faire payer les très fortunés à hauteur de ce qu’ils gagnent, il entend « baisses d’impôts » et « suppression de quelques niches fiscales » aux entreprises (heureusement compensée par quelques nouvelles aides). Ce qu’il promet aussitôt ; trop heureux d’appliquer des préceptes libéraux par excellence. Pour faire passer l’absence de retour à l’ISF, il se contente de « confier à la Cour des comptes la mission d'évaluer précisément les sommes qui échappent à l'impôt et de proposer des mesures précises ».

Contre la dégradation de la démocratie ? Au lieu d’entendre la demande d’implication populaire via le RIC national et la refonte complète de la constitution par les citoyens eux-mêmes, il croit qu’on plébiscite déjà sa réforme des institutions dont le peuple sera exclu de la conception. Rien de nouveau à part la révision du référendum d’initiative partagée, la création d’un « droit d’interpellation des élus » via l’inscription d’une question à l’ordre du jour d’une assemblée locale et la transformation du Conseil économique, social et environnemental (CESE) en Conseil de la participation citoyenne composé en plus de ceux qui y sont déjà de citoyens tirés au sort mais minoritaires et toujours confiné à un pouvoir purement consultatif.

Contre la perte de pouvoir d’achat ? Rien ou presque puisque le salaire minimum ne bougera pas ; pas plus que le point d’indice ou le niveau des retraites qui ne seront pas toutes réindexées.

Contre la disparition des services publics ? Un pauvre guichet unique « Maison France services » pour cacher la misère.

Contre le réchauffement climatique ? 150 tirés au sort pour donner un avis… Sur quoi ? On ne sait pas.

Il est temps qu’avec le soutien des syndicats, associations, collectifs et organisations politiques, les Gilets Jaunes fassent peuple pour désarmer ce pouvoir toxique.

Charlotte GIRARD

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email