Manuel Bompard : « Être la 1ère force alternative et gagner la bataille culturelle »

A l’occasion de la Convention nationale de la France insoumise à Clermont-Ferrand, les 25 et 26 novembre, Manuel Bompard, directeur des campagnes de la France insoumise, revient sur le moment politique et l’avenir du mouvement.

 

Quel bilan faites-vous des six premiers mois de la présidence Macron ?

L’écran de fumée n’a pas mis longtemps à s’estomper. Macron s’est attaqué aux salariés et aux plus modestes avec le code du travail et les APL. Il a jeté des dizaines de milliers d’emplois aidés au chômage, fragilisant tout le tissu associatif. Il a offert plusieurs milliards d’euros aux riches en supprimant l’impôt sur la fortune.
Il a abandonné ses promesses écologiques et laissé passer le CETA : une partie s’applique déjà sans qu’aucun citoyen ou parlementaire n’ait pu donner son avis. Il a ajouté à cette politique désastreuse une arrogance et un mépris de classe révoltant.
Les choses sont finalement assez simples : il est le président des riches, des lobbys productivistes, des multinationales et des exilés fiscaux. Il faut l’arrêter !

 

La France insoumise est apparue comme le premier opposant. C’était un objectif ? Vous allez continuer comme cela ?

Bien sûr, il était nécessaire de s’emparer de ce drapeau. Car il éclaire les véritables alternatives proposées au pays : le « chacun pour soi » de Macron ou le « tous ensemble » auquel nous aspirons.
Ainsi, les masques sont tombés : les Républicains partagent la politique du pouvoir. Le PS ne s’y oppose pas, comme l’a montré son vote sur la confiance au gouvernement. Quant au Front National, il a prouvé à nouveau qu’il n’est pas du côté de ceux qui souffrent et qu’il fait primer ses intérêts de boutique sur ceux du plus grand nombre.
La France insoumise a assumé cette responsabilité. Elle a engagé ses forces dans la marche contre le coup d’État social et a mené une bataille de tous les instants à l’Assemblée Nationale. Elle continuera bien sûr à être en première ligne !

 

La bataille contre les ordonnances semble perdue. Pourquoi ? M. Macron est-il trop fort ? Comment résister ?

Macron a remporté une première manche. Pourtant, les études montrent que son projet est largement minoritaire dans le pays. Nous devons comprendre pourquoi. Bien sûr, on peut toujours chercher des excuses mais il vaut mieux regarder les choses en face : cette bataille a été trop mal menée pour être victorieuse.
La France insoumise avait pris l’initiative d’une marche nationale le 23 septembre. Son succès aurait pu être un point d’appui pour la mobilisation. Il aurait fallu pour cela que l’ensemble des forces engagées dans cette bataille prépare une initiative commune et mobilisatrice. C’était le sens de la proposition qu’a faite Jean-Luc Mélenchon sur la place de la République.
Elle est malheureusement restée sans suite. Une absurde division entre le syndical et le politique a paralysé l’action collective et offert une victoire facile au président de la République. Il est temps de réagir !

 

Dans la campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas réclamé de la gauche. Allez-vous continuer dans cette voie ou souhaitez-vous incarner la gauche face à un Macron toujours plus de droite ?

Macron mène clairement une politique de droite : il a exaucé tous les rêves des libéraux ! Est-ce qu’il suffirait pour autant d’incarner la gauche pour être une alternative sérieuse ? Je ne crois pas. La gauche et la droite ne sont plus des catégories mobilisatrices. Le quinquennat de Hollande a brouillé les pistes et les premiers mois de Macron, présenté comme un homme de gauche, ont fini d’achever le tableau.
Il me semble plus efficace de démasquer l’extrémisme de ce projet qui est au service exclusif d’une toute petite partie de la population. Opposons-lui un projet raisonnable au service du peuple : partager les richesses pour que chacun puisse vivre dignement ; permettre à tous d’avoir accès aux soins ; en finir avec la mainmise de la finance sur l’économie réelle ; prendre enfin à bras le corps l’impératif écologique. Ne sommes-nous finalement pas tout simplement du côté du bon sens ?

 

Benoît Hamon a participé à la marche du 23 septembre, proposez-vous l’union des partis de gauche ?

Nous avons dit pendant la campagne présidentielle que l’enjeu n’était pas de rassembler la gauche, mais de fédérer le peuple. Cela signifie que nous ne parviendrons pas à conquérir une majorité populaire si l’on se contente de juxtaposer des étiquettes. Face à l’épuisement de la vie démocratique du pays, il faut proposer à la société dans son ensemble des perspectives remobilisatrices.
Pour autant, la participation de Benoit Hamon à la marche du 23 septembre était une bonne nouvelle. En effet, toutes celles et ceux qui refusent la politique désastreuse du gouvernement doivent pouvoir agir ensemble. Ce doit être la priorité aujourd’hui pour que le peuple cesse de régler la note de cette oligarchie qui nous gouverne.

 

Du livre l’Ère du peuple de Jean-Luc Mélenchon aux travaux de Chantal Mouffe et Ernesto Laclau, la FI s’inscrit dans une stratégie populiste. Est-ce uniquement une stratégie ou un projet politique en soi ?

Le populisme est une notion ambivalente, comme l’a par exemple détaillé B. Schneckenbuger. Ce terme illustre l’idée que les oligarques se font du peuple : une masse confuse et dangereuse. Mais ce n’est bien sûr pas notre conception du populisme.
La France insoumise puise le sens de son action dans la théorie de la révolution citoyenne. Il s’agit de construire le chemin vers un changement radical, par la voix démocratique, avec l’objectif d’instaurer un humanisme social et écologique. Ce chemin, c’est celui de la mise en mouvement du peuple. Il faut donc construire le peuple !
Construire le peuple, c’est passer d’une population atomisée et impuissante à une force de transformation. C’est notre objectif. En ce sens, la France insoumise s’inscrit dans une stratégie populiste.

 

La FI tient sa première convention depuis les législatives. Vous voulez restez un « mouvement » et non devenir un parti. Mais c’est quoi un « mouvement » ?

Le mouvement est la forme d’organisation du peuple. Son rôle est donc d’être déclencheur : il s’agit de fédérer des individus qui veulent reprendre leur destin en main. La France insoumise propose pour cela des « éléments fédérateurs » comme le programme « L’Avenir en commun » ou la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle.
Le mouvement est donc un cadre regroupant des individus qui partagent le même programme. Il ne demande pas d’adhésion. Il organise son activité à travers une plate-forme numérique qui permet de se réunir autour d’objectifs concrets, d’agir ensemble, de faire un don ou de commander du matériel. Il ne s’organise pas de manière pyramidale. Il accueille en son sein une multiplicité de formes et de rythmes d’engagement. C’est un objet souple et poreux, qui se glisse dans tous les interstices de la société.

 

Quelle feuille de route sortira de cette convention ? Comment abordez-vous la période qui vient, sans élection avant un an et demi ? Le mouvement peut-il survivre à ce rythme nouveau ?

La France insoumise est déjà le premier opposant au pouvoir en place. Mais elle ne s’en contente pas. Elle veut également être la première force d’alternative et gagner la bataille pour l’hégémonie culturelle autour de ses idées. C’est pourquoi la convention doit permettre de choisir, à travers un vote en ligne sur la plate-forme, trois sujets de campagne que le mouvement va mener jusqu’à sa prochaine convention. C’est un premier objectif.
Dans le même temps, face à la défiance massive vis-à-vis de la politique, la France insoumise veut également montrer son utilité immédiate. Elle entend donc s’engager dans des actions de solidarité concrète et va s’organiser pour jouer le rôle de catalyseur des dynamiques de mobilisation populaire.
Faire reculer le pouvoir, incarner la première force d’alternative et montrer par l’action immédiate son utilité, voilà déjà une belle feuille de route !

 

Le programme L’Avenir en commun a convaincu beaucoup d’insoumis d’entrer dans l’action. Comment le faire vivre désormais ?

Le programme « L’Avenir en commun » a passé son baptême du feu électoral. Il a été construit par un travail patient d’enrichissement à travers des contributions individuelles ou collectives et des auditions de personnalités, de chercheur ou de syndicalistes. Il a réuni 7 millions de voix à l’échelle du pays : c’est un formidable outil pour le mouvement.
Désormais, le programme se précise et s’enrichit, notamment dans les livrets thématiques. On en recense une quarantaine et ils permettent de compléter « L’Avenir en commun » sur des grandes questions comme l’écologie, le logement ou la santé.
Enfin, le mouvement va s’engager dans un travail d’ateliers législatifs. Il s’agit désormais de décliner avec les citoyens nos propositions en texte de lois. Ainsi, nous aurons préparé les premières lois que nous proposerons au pays une fois arrivés au pouvoir.

 

Cette convention se veut tournée vers la base (contribution à la boîte à idées, priorité donnée au développement des groupes d’action). Est-ce parce que la FI a besoin de s’enraciner davantage ?

La France insoumise s’est construite dans le rythme effréné d’une campagne présidentielle. Au lendemain de celle-ci, elle a encore accueilli des dizaines de milliers de citoyens qui sont venus joindre leurs forces à l’effort collectif des élections législatives.
Aujourd’hui le mouvement compte près de 5000 groupes d’action dans tout le pays, en métropole comme en outre-mer, et même auprès des Français résidant à l’étranger. Un des enjeux de la convention est de proposer un cadre commun qui permet à la fois de maintenir une cohérence dans l’action tout en conservant cette souplesse et cette énergie qui ont fait notre force.
Ce n’est pas une question si simple à résoudre. C’est pourquoi nous avons voulu recueillir les idées et les propositions des insoumis à travers les boites à idées. Près de 3000 contributions ont été reçues et elles ont donné lieu à des synthèses extrêmement riches et utiles pour le mouvement.

 

Jean-Luc Mélenchon parle d’un mouvement « gazeux » avec plusieurs éléments (Groupes d’action, groupe parlementaire, espace politique, espace des luttes etc.), pouvez-vous nous dire comment va fonctionner la FI ? Quelle place auront les insoumis dans les grandes décisions ?

À l’heure actuelle, le mouvement a une forme polycentrique. Il ne se structure pas de manière classique avec une direction identifiée, mais dispose de plusieurs équipes et espaces nationaux qui confrontent les points de vue pour éclairer les prises de décisions. À l’occasion de cette convention, une assemblée représentative sera mise en place pour réunir des membres de ces espaces et des insoumis tirés au sort sur la plate-forme et au sein des groupes d’action. Elle aura notamment pour mission de mettre en œuvre les décisions importantes du mouvement qui seront prises par un vote en ligne des insoumis sur la plate-forme.
En fait, il s’agit d’inventer un mouvement de type nouveau qui permet la participation collective des insoumis, sans pour autant se structurer comme un parti politique traditionnel. C’est donc une équation complexe. La France insoumise l’aborde avec modestie. Elle se veut un mouvement évolutif qui revendique un droit à l’expérimentation. Par conséquent, le mouvement précisera ses formes d’organisation au fur et à mesure de son évolution.

Propos recueillis par Christiane Chombeau et Matthias Tavel

 

Partager cet article...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone