« Make our planet great again » … ou pas

Dans son rapport annuel sur l’action climatique mondiale, le Programme de l’ONU pour l’environnement dénonce l’écart « catastrophique » entre les promesses de limitation des émissions de gaz à effet de serre et la trajectoire nécessaire pour espérer contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C d’ici 2100 : « les engagements actuels des États couvrent à peine un tiers des réductions d’émissions nécessaires, creusant un écart dangereux ». Et pendant ce temps, la concentration de CO² dans l’atmosphère a franchi en 2016 un nouveau record depuis… 3 à 5 millions d’années !

C’est la fin de l’illusion de l’accord de Paris à la COP21 en 2015. Officiellement, il affirmait l’objectif de limiter le réchauffement de 1,5 à 2 degrés. Mais les déclarations annexées des États indiquaient une tendance bien plus élevée, de l’ordre de 3°C. À l’époque, il ne fallait pas gâcher la fête quitte à continuer à gâcher l’écosystème. Mais le rapport de l’ONU aujourd’hui est un pavé dans la mare lancé à la veille de la COP23 qui débute cette semaine et du sommet sur le climat voulu à Paris le 12 décembre par M. Macron.

Et M. Macron justement que fait-il ? En juin, il avait fait un coup de communication en détournant le slogan de Donald Trump (« Make America graeat again ») en « Make our planet great again » pour répondre au retrait des États-Unis de l’accord de Paris. Mais dans les faits, la politique macronienne est climaticide. Et la présence de Nicolas Hulot au gouvernement ressemble de plus en plus à un alibi. Les mesures productivistes se succèdent à commencer par le soutien à l’accord CETA de libre-échange entre l’UE et le Canada dont une commission d’experts nommée par M. Macron a jugé qu’il aurait un impact « défavorable » sur le climat.

Et la liste est longue : arrêt des aides au maintien des exploitations agricoles biologiques, accord européen au rabais sur les perturbateurs endocriniens, autorisation d’un nouveau pesticide tueur d’abeilles, report du développement des énergies renouvelables à 2027 pour mieux poursuivre le nucléaire, coupes dans les budgets des HLM au lieu d’argent frais pour la rénovation énergétique, appel à toujours plus de « mobilité » pour trouver du travail là où il faudrait relocaliser l’activité, soutien au projet de mine d’or en Guyane etc. Et, comble de bêtise après les ouragans aux Antilles, le gouvernement a supprimé le « fonds vert français », ce dispositif créé en 2015 pour aider nos outremers les plus vulnérables (Polynésie, Wallis-et-Futuna, Nouvelle-Calédonie) à lutter contre les effets du changement climatique. Décidément, le 100% renouvelable et la planification écologique proposés par l’Avenir en commun et la France insoumise n’ont jamais été autant d’actualité. Ni aussi urgents.

Matthias TAVEL

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email