L’ubérisation : le modèle du travailleur sans droits

Sous couvert de modernité, le développement de l’ubérisation propage un modèle : celui du travailleur sans droits. Partout dans le monde, les plateformes se multiplient dans des secteurs d’activité variés, avec un leitmotiv : utiliser l’outil numérique pour mettre en relation, sans passer par le salariat, des travailleurs et des consommateurs.

Le piège auto-entrepreneur

En France, c’est le statut d’auto-entrepreneur qui rend possible ce tour de passe-passe dont l’objectif principal est de se passer du salariat et de ses « contraintes » (limitation du temps de travail, sécurité de l’emploi, indemnités de licenciement, cotisations sociales…). Ce statut a été créé en 2009 par Nicolas Sarkozy, suite à un rapport de la « Commission pour la libération de la croissance française », présidée par Jacques Attali, dont le rapporteur adjoint est un jeune inspecteur des finances, fraîchement sorti de l’ENA : Emmanuel Macron.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email