Lettre morte

La procédure n’a été respectée « ni dans la lettre, ni dans l’esprit », d’après la médiatrice européenne, Emily O’Reilly. La décision du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, de nommer son directeur de cabinet, Martin Selmayr, à la tête de l’administration européenne est contraire aux règles d’impartialité. Dommage que les avis du Médiateur européen n’ait aucun caractère obligatoire.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email