LFI Une équipe de combat riche d’expériences

Avec 6,31% des suffrages exprimés aux élections européennes du 26 mai 2019, la France insoumise envoie six députés siéger au Parlement européen. Ce faisant, elle triple l’effectif de sa représentation européenne, auparavant constituée de Younous Omarjee et Emmanuel Maurel. S’y ajoutent désormais Manon Aubry, Manuel Bompard, Leïla Chaibi et Anne-Sophie Pelletier : une experte de la lutte contre l’évasion fiscale, un mathématicien en aéronautique, une fonctionnaire territoriale responsable de la vie associative de sa commune et une aide-soignante, laquelle a animé la longue grève de l’Ephad des Opalines. Ces six personnalités constituent ainsi une délégation de combat, riche d’expériences diverses et composée de spécialistes complémentaires. Avec 6 eurodéputés, les élus LFI constituent le contingent le plus important dans le groupe parlementaire européen de la GUE (Gauche Unitaire Européenne), à égalité avec Podemos et Syriza.

En 2014, le Front de Gauche rassemblait 1,2 million de voix, contre 2 millions hier soir pour les listes France insoumise et Parti Communiste. À cet égard, les forces progressistes critiques des traités européens marquent une progression notable.

Le meilleur score de la France insoumise est réalisé sur l’île de la Réunion, avec 19% des voix, juste derrière le Rassemblement national. Nous dépassons aussi les 10% en Seine-Saint-Denis, en Guyane, en Martinique, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Ariège. L’Outre-Mer a largement appuyé notre liste, pour défendre les conditions des « régions ultrapériphériques » comme les appelle l’Union européenne !

À un niveau plus affiné, quelques dizaines de communes ont placé LFI en première force. On les retrouve dans les départements pyrénéens (Aude, Ariège, Pyrénées-Orientales), le centre de la France (Puy-de-Dôme, Allier, Corrèze) ou la Drôme. Dans presque tous les cas, il s’agit de territoires où l’emprise du Rassemblement national est forte : le bulletin LFI semble particulièrement employé par les électeurs soucieux de combattre pied à pied le RN.

Mais plus généralement, la répartition des suffrages insoumis est très homogène. Dans 90 départements, nous sommes au-dessus de 5% : les électeurs LFI apparaissent assez également répartis sur le territoire national. Il s’agit donc d’un vote de conviction, qui nous donne une force de propulsion partout en France pour les prochaines luttes – dans chaque commune, des insoumis font le travail !

Hadrien Toucel
Image: FB Manon Aubry

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email