L’Europe et le gouvernement s’attaquent aux petits éleveurs pastoraux

Le pastoralisme, pratique d’élevage basée sur la ressource fourragère d’un milieu naturel pour alimenter les animaux, offre une production locale et écologique de qualité. Pourtant, il est sans cesse remis en cause par les aides de l’Union européenne.

Depuis 2015, il est demandé aux éleveurs d’effectuer un prorata de leurs surfaces pastorales parcourues, suivant des critères alambiqués qui diminuent considérablement leurs surfaces et donc leurs aides. De nouveaux critères ont été rajoutés début 2018, ainsi qu’un durcissement des contrôles qui seront réalisés à des périodes inappropriées, notamment en fin d’été quand la végétation n’est pas représentative.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email