Le détonateur de la loi El Khomri

Le projet moyenâgeux de réforme du code du travail est en train de cristalliser la révolte de la société agressée de toutes parts par ce gouvernement. Il était temps. Et il y a de quoi. La spontanéité et la diversité des canaux de réaction indique que cette mobilisation est d'emblée citoyenne autant que sociale. Bien sûr le fait que tous les syndicats du pays, CFDT compris, s'opposent au gouvernement crée un contexte social nouveau. Mais l'initiative de la mobilisation actuelle est largement incontrôlée et incontrôlable. Le fait que la jeunesse s'en mêle est bon signe. La dernière fois c'était il y a 10 ans contre le CPE et le gouvernement Villepin avait dû reculer après avoir dit le contraire. C'est quand un mouvement échappe aussi bien à ceux qui voulaient le déclencher qu'à ceux qui prétendaient lui résister qu'il permet de franchir des étapes politiques que personne n'aurait cru possible au départ.

Avant même qu'ait eu lieu la première manifestation, une étape importante est déjà franchie avec le report par le gouvernement de la présentation du projet de loi en conseil des ministres. C'est le premier vrai recul de Manuel Valls depuis son arrivée à Matignon en mars 2014. C'est donc le moment de redoubler de mobilisation. Et de diffuser tous azimuts les arguments concrets contre une loi qui va pourrir la vie des gens (voir notre premier décryptage au dos de ce numéro).

Longtemps présenté comme l'atout de Hollande, Valls est en train de devenir le maillon faible de ce pouvoir à la dérive. Sa brutalité ne peut que conduire à bloquer le pays jusqu'au point où « en haut on ne peut plus et en bas on ne veut plus ». Le rebond artificiel d'autorité et de légitimité que Hollande espérait prolonger avec l'état d'urgence après les attentats est totalement épuisé. Après que toute la France l'a vu se faire huer par les paysans en colère au salon de l'agriculture, la fin du règne de ce monarque présidentiel est enclenchée. La France insoumise doit donc être partout mobilisée le 9 mars et lors des rendez-vous qui suivront. Pour finir le travail jusqu'au retrait total du texte. Et au-delà. Car plus ce mouvement sera fort et ira loin, plus reculera l'esprit de guerre civile instillé depuis les attentats par les ethnicistes de tous bords. Les conditions culturelles du combat social et politique en seraient radicalement changées. Et la voie de la révolution citoyenne à nouveau ouverte.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email