Le budget des riches

Déposé chaque année au début de l'automne par le gouvernement, le « projet de loi de finances » traduit dans le détail ce que sera la politique de l'État dans tous les domaines pour l'année suivante. Le budget qu'a préparé le gouvernement Philippe pour 2018 est plus libéral et austéritaire que tous les budgets des ères Sarkozy et Hollande. Jamais autant de cadeaux fiscaux n'avaient été accordés d'un seul coup aux plus riches, alors même que de nombreux secteurs d'intérêt général (logement, travail et même éducation et sécurité) sont amputés et que les plus pauvres sont sommés de faire de nouveaux sacrifices.

L'ampleur et la sophistication des mesures en faveur des plus riches contribuables donne le tournis. Les moyens dégagés en faveur des actionnaires et des très hauts salaires dépassent les 15 milliards d'euros : exonération d'Impôt sur la fortune pour le capital financier (85% de l'ISF disparaît ainsi !), baisse de l'impôt sur les bénéfices des entreprises, fin de la taxe sur les dividendes distribués aux actionnaires, et, encore plus symptomatique, suppression de la surtaxe qui visait jusqu'ici les plus hauts salaires de la banque et de l'assurance (supérieurs à 152 000 euros annuels !). Officiellement destinée à attirer en France des financiers après le Brexit, cette mesure montre surtout la portée oligarchique de ce budget : d'énormes moyens de la Nation seront mobilisés l'année prochaine pour un tout petit nombre de personnes dont le point commun est leur lien à la finance, sans autre préoccupation pour l'intérêt du pays.

Pour financer ces mesures, ce budget se traduit à l'inverse par des économies aussi lourdes que mesquines sur le peuple en général et sur les plus pauvres en particulier. La baisse des aides au logement qui seront amputées de 5 euros par mois et même de 20 euros pour certains locataires du parc social. Mais aussi des coups de rabot sur les aides aux personnes en situation de handicap qui vivent en couple. Au nom de l'austérité, ce budget ampute aussi des secteurs fondamentaux pour l'avenir du pays. Les budgets du travail et de l'emploi perdent près de 2 milliards alors que le pays compte 5 millions de chômeurs. Et le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche va même diminuer en valeur réelle alors que les universités vont devoir accueillir 50 000 étudiants supplémentaires dans des conditions toujours plus chaotiques. Ce budget tourne aussi complètement le dos à l'avenir en matière écologique, en allant par exemple jusqu'à supprimer les aides au maintien de l'agriculture biologique ou à détaxer les plus-values sur les terrains constructibles ce qui va accélérer la disparition des terres agricoles. Exempt de tout sens de l'intérêt général, ce budget sera pour 2018 celui d'une République en marche arrière.

Laurent Maffeïs

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email