Le 5 mai 1976 Nous nous sommes tant aimés

En 1976, Ettore Scola signe un de ses plus grands films. Il trace le portrait d’une génération, la sienne, celle qui a eu 20 ans pendant la guerre, à travers les parcours parallèles, puis croisés, de trois amis. Ils sont ensemble partisans, ils vont mûrir, perdre (ou pas…) leurs illusions, trahir (ou pas…) leurs idéaux. De vrais héros à l’italienne pour une comédie aigre-douce. Ils ne sont pas bien maîtres de leur destin, ces trois-là. On les sent embarqués dans la grande histoire de leur pays. Le fabuleux espoir de la gauche, à la Libération, et les déceptions qui suivent. Trois hommes qui vont incarner le destin et le peuple de leur pays. Tout Scola, mais aussi tout le cinéma italien de l’après-guerre est là, dans ces deux heures inventives, et pas toujours joyeuses.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
]

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email