Le 3 avril 1871 Assassinat de Gustave Flourens.

Ce 3 avril 1871, au beau milieu de la sublime et tragique aventure communarde, un de ses dirigeants tombe désarmé, dans l’auberge où il s’était réfugié, sous le sabre d’un versaillais. Gustave Flourens, car c’est de lui qu’il s’agit aujourd’hui, injustement oublié, était né en 1838 dans une famille cultivée et aisée. Son père, scientifique réputé, enseigne au Collège de France. Gustave ne va pas tarder à lui succéder à la même chaire. Déjà, sa liberté d’esprit, son athéisme, son matérialisme aussi le font voir d’un mauvais œil par le pouvoir en place.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email