Le 2 juillet 1910 : L’affaire Liabeuf

Le 31 juillet 1909, deux agents de la police des mœurs de Paris, connue pour ses abus et ses méthodes arbitraires, arrêtent un homme nommé Jean-Jacques Liabeuf en compagnie d’une prostituée. Les agents Maugras et Vors soupçonnent l’ouvrier cordonnier de proxénétisme. L’accusé clame pourtant son innocence et se défend catégoriquement d’être un souteneur, ce que la jeune femme qui l’accompagne confirme. Bien que présenté par ses anciens employeurs comme un ouvrier ponctuel et assidu, qui vit honnêtement de son activité, la justice le condamne à 3 mois de prison et 5 ans d’interdiction de séjour dans la capitale pour « vagabondage spécial » (proxénétisme).

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email