Le 12 juillet 1978 Grève sur le Tour de France

Les cyclistes aussi dans les luttes ! Albert Londres les avait appelés forçats de la route. Des garçons courageux et obstinés, faisant corps avec leurs machines, pour parcourir par tous les temps les routes du pays, les bords de mer, le flanc des montagnes, tout cela en plein été, pour le plus beau spectacle qui soit : le Tour de France cycliste.

À l’origine étaient les coureurs amateurs, qui pédalaient pour la gloire. Seulement pour la gloire. Mais la gloire passe. Tandis que l’argent… Très tôt, les financiers s’en mêlent et les conflits d’intérêt prennent le pas sur la beauté du geste.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email