Laïcité, un combat aussi en Tunisie.

Si la Tunisie a longtemps eu la réputation d'être progressiste sur les questions religieuses, la question laïque reste un sujet de lutte après la Révolution de l'hiver 2010-2011 et la Constitution de 2014. Cette dernière atteste d'un compromis entre le parti islamiste Ennahda et l'opposition, et affirme à la fois dans son article premier que l'islam est la religion d'État, mais veut garantir la liberté de conscience et de croyance dans son article 6. Le peuple y est souverain, et c'est un État civil, c'est-à-dire dont le droit dépend des institutions politiques. Point fort dans le monde musulman, il proscrit également l'accusation d'apostasie, souvent utilisé comme instrument de terreur politique et religieuse dans les États non laïques.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email