La forêt Lien social, écologique, économique

Le 14 décembre 2017, les agents de l’Office national des forêts (ONF) battaient le pavé de Paris. Plus de 1000 agents, en uniforme, venus équipés de trompes et de tronçonneuses mettre en lumière un malaise qui ne passe guère le filtre des médias. 1000 forestiers, sur les 9000 employés de l’Office, c’est une énorme mobilisation. Un peu comme si 20 000 cheminots défilaient dans la capitale ! Pourquoi étaient-ils si nombreux ? Et pour défendre quel avenir, quel statut ?

La situation de notre planète et tout particulièrement celle de la biosphère s’est terriblement dégradée depuis plusieurs décennies. L’état du milieu forestier en est un des symptômes les plus criants. Depuis le premier Sommet de la Terre, la forêt a cessé d’être au centre des préoccupations. Pourtant, la maitrise des rejets de CO2 passe par la préservation de l’usine de recyclage que constituent les arbres. Le bois est apparu à beaucoup comme une panacée dans le domaine de la construction, mais aussi de fourniture énergétique. Un trompe-l’œil confortable, tant la gestion « durable » et l’utilisation non raisonnée de la ressource obèrent les principes mêmes du Code forestier, vieux de plusieurs siècles. C’est oublier un peu vite que l’écosystème forestier ne peut à lui seul régler tous les changements qui s’opèrent sur la planète.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email