Jean Ziegler : « Les paysans premières victimes de la faim »

Extrait d’un entretien avec Jean Ziegler paru dans la revue L’Intérêt général

A plusieurs reprises, dans vos livres, vous soulignez ce paradoxe : ce sont les campagnes – celles du Sud – qui sont les premières touchées par la faim…

En effet, c’est un paradoxe tragique : dans de vastes parties du monde, ce sont ceux qui sont chargés de produire l’alimentation, les paysans, qui sont les premières victimes de la faim – et cela tend à s’aggraver. Prenez les sept pays du Sahel… Dans le Sahel, en temps normal, un hectare donne 600 à 700 kilos de céréales (du mil, principalement). En Beauce, dans le Baden Württemberg ou dans le Piémont, la même surface procure 10 000 kilos. Pourquoi cette basse productivité, alors que l’Afrique a certainement une des civilisations paysannes les plus admirables du monde ? Ce n’est pas que le paysan français, suisse, ou italien, soit plus travailleur ou plus compétent que le paysan wolof ou bambara… C’est que l’endettement de ces pays est tel que l’Etat, quand il a servi la dette extérieure, n’a plus d’argent disponible pour investir dans les infrastructures agricoles. Pas d’argent pour acheter des engrais minéraux. Pas d’argent pour l’irrigation. La dette extérieure tue, car elle empêche d’acheter massivement des semences sélectionnées, ou de mettre en place un crédit agricole. Elle interdit de construire des dépôts, des silos modernes, si bien que chaque année 25% de la récolte stockée est détruite par les rongeurs ou par l’humidité. On a donc, dans le cas de l’Afrique, un continent qui a des terres fertiles, un paysannat très compétent, travailleur… Mais tout cela ne sert à rien, à cause de la dette. Il faut donc, avant toute chose, désendetter totalement ces pays les plus pauvres, pour leur permettre d’investir dans les infrastructures rurales.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.
[/s2I

f]

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email