Intelligence artificielle : Transhumanisme, progrès ou anti-humanisme ?

Il n’y a pas que les prodiges de l’intelligence artificielle qui figurent parmi les débats sociétaux : depuis quelques années, certains s’enthousiasment tandis que d’autres s’effraient, à la perspective de surgissement d’une nouvelle forme d’humanité, les post-humains appelée aussi parfois humanité augmentée. Les progrès de la recherche en biologie génétique, nanotechnologie, combinés à l’intelligence artificielle laissent entendre qu’à plus ou moins longue échéance, des êtres humains pourraient voir leurs capacités cognitives - mémoire, perception…- ou leur espérance de vie améliorées. Un courant d’idées, doté de puissantes institutions, a vu le jour pour promouvoir les recherches et s’interroger sur les enjeux éthiques afférant aux post-humains, il s’agit du mouvement transhumaniste.

Certains dirigeants de grandes entreprises du numérique, celles que l’on regroupe parfois sous l’acronyme GAFAM, Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, accompagnent ce mouvement. La firme Google, par exemple, a lancé la forme Calico qui vise à faire reculer la date de la mort. Ray Kurzweil anime la Singularity University, projet réunissant Google et la Nasa, dont l’objet est « éduquer, inspirer et responsabiliser les leaders afin qu'ils appliquent des technologies exponentielles pour répondre aux grands défis de l'humanité », c’est-à-dire se préparer à un changement d’espèce, rien de moins que cela. Le champ des recherches qui visent à améliorer nos capacités paraît si vaste que l’on évoque ici un changement radical de l’espèce humaine : les performances intellectuelles, le clonage, l’utérus artificiel, la possibilité de réparer le corps comme on le ferait d’une machine, ou en constituant des cyborgs – organismes cybernétiques associant corps humain et robotique; ce qui n’était que science-fiction devient projet de recherche, financé notamment par les mannes inédites dans l’histoire financière de la nouvelle économie numérique.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email