Ils osent

Les enfants de migrants hébergés par le samu social doivent la plupart du temps suivre leur scolarité dans des villes éloignées. A Chilly-Mazarin, dans l'Essonne, des familles se battent avec la complicité des enseignants.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email