Grèce : sortie du plan d’aide ou calvaire sans fin ?

Les dirigeants européens se vantent d’avoir mis fin au « plan d’aide » à la Grèce lors de la réunion des ministres des finances de la zone euro du 21 juin. La Grèce va théoriquement sortir de huit ans de mémorandums d’austérité imposée de force par la troïka du Fonds monétaire international, de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne. Mais dans les faits, ni l’austérité, ni la tutelle des autres pays européens ne prennent fin.

Officiellement, la Grèce est censée pouvoir « retourner se financer sur les marchés » financiers le 20 août. Savoir si c’est vraiment le but véritable d’une société démocratique est un débat légitime. Mais au-delà de toute philosophie, ce « retour » risque de ne pas changer grand-chose. Le journal Le Monde prévoit un retour « délicat » rappelant que « pour les agences de notation, la dette du pays reste « très spéculative ». Le défi pour Athènes sera de se financer à un coût raisonnable » alors que la dette grecque reste toujours aussi élevée à 180% du PIB. Sans oublier que la hausse des taux d’intérêts sur la dette italienne est là pour rappeler la pression qu’exercent ces « marchés » sur qui prétend faire quelques pas hors des dogmes austéritaire. Les taux grecs ont d’ailleurs eux aussi augmenté du fait des tensions italiennes. Et les européens ont prévus une soulte de 15 milliards d’euros pour venir en aide en cas de difficultés. On a vu confiance mieux établie. La sortie du tunnel n’est pas pour tout de suite.

D’autant que l’austérité n’est pas finie, loin de là. La Grèce doit encore achevé la mise en œuvre des réformes acceptées par Alexis Tsipras. La privatisation de l’entreprise nationale d’électricité ou du port de Thessalonique est encore au programme par exemple. De même qu’une nouvelle baisse des seuils d’imposition ou qu’une nouvelle réforme des retraites – la douzième ! – en 2019. La Grèce s’est d’ailleurs engagée à ce que son budget dégage un excédent primaire, c’est-à-dire avant le paiement des intérêts de la dette, de 3,5% jusqu’en 2022 et 2,2% jusqu’en… 2060 ! Une véritable cure d’austérité à perpétuité alors que l’économie grecque reste lacérée par les politiques de la troïka. Le taux de chômage dépasse les 20% et culmine à 43% chez les jeunes. La plupart des biens publics ont été bradés (port, aéroport, entreprises). Les droits sociaux ont été passés à la moulinette jusqu’au droit de grève remis en cause par Alexis Tsipras. Un demi-million de Grecs ont fui leur pays dont une majorité de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. On le voit, les cicatrices de l’austérité ne sont pas près de se refermer.

D’autant que la tutelle de l’Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro va se poursuivre malgré la fin affichée du plan d’aide. La Grèce devra notamment se soumettre quatre fois par an – c’est-à-dire en réalité en permanence – à un « audit » de ses finances publiques par la Commission européenne jusqu’en 2022. Cet engagement couvre donc non seulement la fin du mandat d’Alexis Tsipras prévue pour 2019 au plus tard mais également le mandat suivant. C’est une précaution exigée contre tout retour en arrière par une autre majorité alors que Syriza qui avait obtenu 36% des voix en 2015 est tombé à 20% dans les sondages. Ce contrôle intègre le renoncement à tout détricotage des réformes de la troïka. Et si les créanciers de la dette ont accepté un rééchelonnement des remboursements, ils ont refusé toute annulation même partielle du fardeau. Le report de certaines échéances serait même immédiatement suspendu en cas de remise en cause des réformes imposées ces dernières années. Sans oublier que même en se soumettant à ces exigences, la Grèce devra rembourser ses « partenaires » européens jusqu’en 2069 ! La prétendue « sortie » du plan d’aide ressemble bien à une histoire pour enfants. Au lendemain de la victoire de Syriza, début 2015, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait affirmé qu’ « il ne peut y avoir de choix démocratiques contre les traités européens ». Trois ans plus tard, le commissaire allemand Oëttinger se prenait à espérer que les marchés financiers apprennent aux Italiens à bien voter. La prétendue « sortie » du plan d’aide n’est rien moins que la condamnation de la Grèce à subir cette double tutelle niant sa souveraineté.

Matthias TAVEL

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email