Gratuité « La gratuité coûte souvent moins cher » !

Entretien avec Paul Ariès, directeur de l’Observatoire International de la Gratuité, auteur de Gratuité vs capitalisme (Larousse), état des lieux de toutes les formes de gratuité existantes et à venir.

Après des décennies de néo-libéralisme, où l’on nous explique que tout a un coût, n’assiste-t-on pas à un grave recul de la gratuité dans le monde ?

Nous assistons depuis des siècles au combat entre deux principes, celui de la marchandisation de tout ce qui peut l’être, y compris le vivant et le climat, et celui de la démarchandisation, qui va de la défense du Code du travail et de la protection sociale à l’extension des domaines gratuits. Nous savons tous que notre civilisation va dans le mur et qu’il nous faut penser une alternative à la hauteur des enjeux. Certains s’imaginent que le revenu universel serait la bonne porte de sortie, mais il est soluble dans le capitalisme. C’est pourquoi nous lui préférons la défense et l’extension de la sphère de la gratuité car elle seule donne à chacun.e de quoi vivre bien, même sans emploi, tout en commençant à sortir du capitalisme, du productivisme, d’une conception verticale du pouvoir. La gratuité fait primer les valeurs d’usages sur les valeurs marchandes et le collectif sur l’individuel.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email